Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom fabienne
Age 42
But du voyage Expatriation
Date de départ 05/08/2007
Nom P
    Envoyer un message
Durée du séjour 2 ans
Nationalité France
Description
Muté pour 2 ans à Djibouti, je souhaiterai faire découvrir cette régionet cette aventure familiale à toutes nos connaissances
Note: 4/5 - 90 vote(s).

Pays visité(s) :

Tous
Djibouti (Carte)

Ethiopie Gondar

 06-11-2008 -  Djibouti

GONDAR :

 

Lever de bonne heure et de bonne humeur avec un petit déjeuner continental en terrasse pour pouvoir prendre la route avant 8h. Ici même les petits déjeuners sont aléatoires ; les jus d’orange frais  peuvent être absents, ou bien le chocolat, ou encore  le beurre ou margarine… Prévoyant nous avons tout dans les cubayas, aussi les serveurs sont ils étonnés quand  à un article manquant, dans la minute nous l’avons tout d emême sur table… Cela sert de faire des nomados sur Djibouti, finalement on devient vite autonome…

 

La route pour Gondar est très agréable puisqu’entièrment bitumée.. Il y a très peu de circulation, uniquement les camions et bus traversant le pays… Mais comme ils ont beaucoup de chevaux sous le capot, et sont pourvus de 4 ou 6 roues motrices, ils ne sont pas des handicaps devant nous… Ce serait plutot l’inverse vu le nombre de fois où nous avons été doublé par les bus… Comme nous traversons une plaine humide, il y a plus de terre agricole, et nous avons le plaisir de voir de vieilles charrues agraires tractées par des b½ufs. Les outils sont souvent en bois. Il n’y a pas d’industrialisation mis à part sur Addis. Ici il n’y a pas de véhicules motorisés ; on croise seulement des carrioles tractées par des chevaux, des charrues par des b½ufs, et des mules et baudets chargés des dernières victuailles. Les femmes et les enfants transportent eux aussi leur charge le long des routes, en se dirigeant vers le marché suivant.  Vous ne pouvez vous arretez au bord de la route sans que du fossé , une tripotée d’enfants et d’adultes apparaissent sortant de nulle part…

 

 

Après une matinée de voiture nous arrivons à Gondar, batie près du massif du Siemens. C’est l’ancienne capitale des souverains éthiopiens du 17ème au 19ème siècle., construite par le Roi Fasillidas.  En arrivant, dans cette cité nous visitons l’ancienne cité royale « Fasil Ghebbi » constituée de divers palais construits au fur et à mesure des années et des différents règnes…. On commence donc la visite par l’entrée d’un parc verdoyant, bien entretenu ; on se crorait presque en Europe, voir en France , au Moyen age… Nous voyons en premier le palais de Fasillidas, un gros batiment de structure carrée, flanquée de 4 tours d’angle et surmontée de murs crenelés qui font penser à nos anciens chateaux forts.. La vue est splendide, et on peut très facilement s’imaginer la splendeur d’antan…

 

A coté on voit également les edifices de Yohannès 1er, qui auraient servis de bibliothèque et petit pavillon de chancellerie… On subit le charme de la vieille pierre et du calme des lieux … C’est vraiment splendide.. Pourvu de notre indétournable petit futé, je fais la lecture à notre groupe, pendant  que les photos du site sont prises à qui mieux mieux… Ensuite nous pénétrons dans les ruines du palais Iyassou 1er et de Dawit , souverrains régnants dans la lignée de Fasillidas …

 

Nous finissons la visite du site par le musée et boutique d’objets éthiopiens ; on y voit quelques peintres faire des tableaux d’inspirations orthodoxes coptes. Les femmes vendent écharpes, sacs et vetements de cotons…

 

Le midi nous mangeons au Lamayerger hotel ; le service y est très rapide et les pates excellentes. Chacun y mange de bonne appétit, et heureux d’avoir vu la cité ancienne.

 

Comme nous sommes le mercredi, c’est jour de jeune ou aucune viande n’est servie . Les menus ne comprennent donc que des légumes ou des féculents.  Il en est ainsi dans tout le pays les mercredis et vendredis qui sont jours de purification.  Ainsi sur 365 jours par an, les ethiopiens se mettent à la diète plus de 200 jours en comptant les jours de bénédictions au saints, les jours anniversaires concernant la vie sainte, etc…  Comme l’hotellerie est encore peu ouverte au tourisme eurtopéen et à nos habitudes alimentaires, il n’est pas rare, que l’on vous refuse un plat parce que journée « jeune ». Une fois que l’on sait le pourquoi des choses, on ne s’en étonne plus… Vous pouvez donc commander un hamburger sans viande ou des carbonnara pareil sans ½uf ni jambon… Les premières fois vous vous dites qu’ils ne savent pas cuisinés, mais après vous vous dites que c’est un jour de « jeune » !!! 

 

A la fin du repas, les enfants et ados passent un bon moment dans le parc de l’hotel à faire de la balançoire et du tobbogan, pendant que nous prenons un bon café. Je suis la seule à éviter la boisson car depuis le début du voyage je souffre de diahhrée mais uniquement du soir au matin et pas du tout dans la journée . je passe donc des nuits hachées,  mais des journées correctes , en évitant tout de même certains produits !!!

 

A 15h nous reprenons la route de Bahar Dar, en changeant une fois de plus notre programme, car mis à part la visite de la zone montagneuse et naturelle du Siemens qui demande 2 à 3 jours, nous avons vu les principaux monuments de la ville.  On aurait pu éventuellement visiter l’église de Debra Birhan sélassié, mais ayant fait la veille la visite des monastères, nous en étions un peu rassasiés !!!

 

De retour sur Bahar vers 18h, il nous faut retrouver 6 chambres puisqu’initialement nous pensions dormir sur Gondar. Ce changement de programme nous permet de gagner une journée  que l’on pourra utiliser soit sur Addis, soit ailleurs selon nos visites..  Nous avions pensé dormir au Ghion hotel de Bahar, mais malheureusement il est plein pour la soirée qui nous intéresse ; nous nous dirigeons donc vers le Papyrus hotel près de la station shelle de Bahar. Le tarif des chambres y est prohibitif et la propreté des lieux douteuses, aussi préféront nous aller voir ailleurs et tentont notre chance à l’Ethio Star.  Nous serons là aussi désagréablement surpris mais à défaut retiendrons tout de même 6 chambres pleine de cafards, puces, mouches et autres bestioles du même accabit . Nous étions logés du 3ème au 5ème étage, mais avons trouvé ces charmants bestioles partout , même dans les lits… Un coup de fumigène et d’anti-volants à rétablis momentanément l’ordre dans les chambrées, mais n’a pas permis de dormir très sereinement.  Vu l’état des chambres nous n’avons pas voulu manger sur place et nous sommes dirigés de nouveau vers le Summerland hotel où nous avions été bien reçu la première fois … ce ne fut pas le cas pour ce dernier repas sur Bahar, les grillades étaient réchauffées jusqu’à etre carbonisée, les pates carbonara sans ½uf ni jambon, l’ingera de Valerie trop épicée, etc… Rien de correct !!!  on leur a même fait la reflexion de savoir s’ils avaient changé de chef cuisinier  entre temps, tant le repas était peu correct !!!

 

Nou partirons donc de Bahar le lendemain avec  le regret de n’avoir pu dormir au Ghion hotel et de s’y restaurer correctement… L’un des guides  nous apprend que pour rejoindre Addis, à 550km,  en roulant vite il faut compter plus de 9h . Nous sommes étonnés car nous pensions qu’en partant des 6h du matin, nous arriverions en début d’après midi dans la capitale… La journée du lendemain nous prouvera qu’en Ethiopie, les distances  se font toujours plus lentement qu’ailleurs ….  Suite de nos aventures au prochain mèmo…

 

Bises à tous  . Fabienne et Bernard

 


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  15  photo(s)    
Syndication :

Visite en Bateau des Monastères sur le Lac Tana :

 

Les Ethiopiens suivent majoritairement la religion Copte Orthodoxes sur leur territoire , aussi il y a un nombre impressionnant de monastères dans la région. Certains peuvent être visités, d’autres sont fermés, car restent des lieux de prières. Certains sont uniquement ouverts aux hommes, d’autres uniquement aux femmes .  Comme nous ne voulons pas lassés les enfants, nous n’en visiterons que les 3 plus proches, à savoir  Kebran Gabriel, Dabra Mariam,  et Ura Kidane Mehret.  Les monastères ou églises sont construits sur le même modèle, à savoir un batiment rond, surmonté d’un toit conique de chaume ou de tole, flanqué d’un grande croix au sommet.  A l’intérieur, une deuxième enceinte circulaire crée une sorte de couloir, réservé à la chorale. L’espace central lui est réservé aux officiants , abrite le « maqdas » sanctuaire de forme carrée considéré comme le saint des saints où sont peints les scènes des écritures et de la vie des saints, dans un style très coloré, avec des influences byzantines certaines ….

 

Les monastères se trouvent généralement dans des zones boisées, amenant à un état d’esprit calme et serein.  Ne connaissant pas suffisamment la vie des saints et l’histoire de la passion, la vie du Christ , il est difficile de suivre ou de reconnaître les personnages peints … Cela ressemble à une immense bande déssinée religieuse, très colorée, très sanglante et barbare parfois… les décapitations ou les membres coupés ne manquent pas dans les représentations picturales …

 

Après une matinée de bateaux, nous ne rentrons que vers 14h à l’hotel où là aussi, force est de constater que nous allons encore sauter un repas. Nous ne pouvons prendre le temps de se faire un restaurant car même si la distance est courte sur la carte pour aller aux chutes du Nil (seulement 40km ), on sait qu’il nous faudra au moins 2h pour l’aller-retour plus une heure sur place. Donc le timing est serré et encore une fois nous mangerons sur le pouce  pour avoir l’opportunité de visiter le lieu…

 

L’après midi, pendant que Dom se repose, nous allons au Chute du Nil. Là aussi aucune indication de route, nous savons qu’il faut prendre à gauche à un croisement après le rond point vers Addis, mais aucune certitude… Après un essai infructueux , on trouve enfin l’accès de la piste , et faison les 40 km sur sentier  poussiéreux mais pas trop mauvais par rapport à ce que nous avons déjà traversé… A l’entrée de la centrale  électrique, nous prenons nos tickets d’accès aux chutes . Il nous est alors proposé par des rabbatteurs , d’ aller sur le site en bus, de leur laisser nos véhicules , qui nous seront amenés  au bateau qui remontent le courant … Nous refusons, connaissant les histoires d’arnaques en tout genre !!! Nous préferons aller en voiture jusqu’au parking et descendre à pied  sur le site et revenir par le même chemin.  Là aussi nous refusons aide et guide et préférons apprécié la ballade dans le silence, d’autant que le chemin est tracé par les multiples passages des visiteurs.  Nous passons sur un ancien pont portuguais, en bon état, remùontont et contournons une colline où nous croisons quelques villageois proposant des produits typiques, tels qu’écharpes de coton tissé, gourde en peaux de chèvres, etc… Enfin, guidé uniquement par le grondement de l’eau, nous apercevons les chutes. C’est un spectacle naturel époustoufflant, même si la grandeur des chutes ont été diminué de plus de la moitié depuis l’installation du barrage électrique. Cela reste toutefois un site préservé de toute beauté . Nous y prenons un gouter sympatique ainsi que quelques photos immortalisant l’instant. On ne peut pas s’empêcher , en voyant cette masse d’eau , de penser aux films d’aventures …

 

Nous rentrons en fin d’après midi sur Bahar où nous retrouvons Dom,  reposé et un peu en meilleure forme. Nous prenons l’apéro dans une des chambres tout en visionnant toutes les photos précédemment prises.

 

Le soir nous mangeons au Summerland Hotel , où nous passons un excellent moment, et apprécions un vrai repas… Nous projettons d’aller le lendemain sur Gondar , voir les ruines  des chateaux de l’ancienne dynastie ethiopienne. Normalement la route est bitumée tout le long des 180 km qui nous sépare de l’ancienne capitale axoumite…. Le trajet devrait donc être plus agréable….

 

 


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  18  photo(s)    
Syndication :

Ethiopie Bahar Dar Lac Tana

 04-11-2008 -  Djibouti

Bahar Dar, cité balnéaire au bord du lac Tana :

 

Après les heures passées sur piste et route nous décidons de nous reposer ici, et profiter du calme de cette charmante cité . Notre première journée s’effectuera par une ballade en ville autour du lac , en reconnaissance.

 

Mais tout d’abord nous commençons la journée par prendre un petit déjeuner en terrasse, sous le soleil radieux, ce qui nous change de la grisaille subie les derniers jours depuis notre départ de Djibouti… 

 

Depuis 2 jours Dom est fiévreux et se sent fatigué, aussi nous décidons avant de nous ballader ,de l’emmener consulter à la clinique, car il a une mauvaise plaie au niveau de la cheville. Il semblerait qu’il se soit fait piquer par des moustiques à Djibouti et qu’après s’être gratté jusqu’au sang, les boutons se soient infectés. Il a mal, sa cheville est enflée , elle est rouge foncée et très chaude. Valerie et moi le convainquons donc de consulter et le mettons en garde contre une infection généralisée s’il ne traite pas la chose sérieusement , dès maintenant.  Nous passons rapidement auprès du médecin, qui  confirme l’infection et le met sous crème antiseptique. Nous insistons en anglais pour obtenir aussi un traitement oral, pour être sur de ne pas avoir à effectuer un rapatriement sanitaire par avion , en cas de complications…

 

Ce point traité, nous partons en ballade à pied, en reconnaissance du quartier, et traversons la zone commerçante où nous ne sommes pas trop ennuyé par les habitants au contraire de Djibouti où vous êtes sans cesse sollicités pour l’aumone ou acheter des babioles… Dom achetera son pouf en peau de chèvre, les enfants quelques souvenirs pour les amis …

 

Le midi nous mangeons en bordure du Lac, à l’hotel Ghion, qui est l’hotel le plus vieux de la ville. Nous sommes installés sous une pergola, sous un arbre géant dont le tronc sert de support central au toit . C’est très sympa et la vue sur le lac est très agréable.

 

L’après midi, nous récupérons nos véhicules propres et lavés et prenons la route vers l’ancien palais d’hélie Sélassié, sur les hauteurs de Bahar.  Nous sommes un peu déçu du « palais » , inaccessible et surtout très moderne, construit dans le style des années 1970.  La vue à partir de la colline montre le Nil et le Lac Tana, mais n’a rien de grandiose, d’autant plus que la visibilité est brumeuse en cette fin d’après midi.

 

Nous allons manger à L’Ethio Star , dans l’hotel attenant pour découvrir autre chose.  La carte est toujours incomplète mais nous tentons quelques nouveautés, Steack à la Bismark «(steakc à cheval) ou Chicken Cotlet ( cuisse de poulet panée) ; le service  se révèle être très très lent  et la qualité de la nourriture très maigre. Bien que déçu , cela reste moyen !!!

 

Pour nous réconforter, arrivés à notre hotel, nous décidons de prendre le digestif au bar. Vu qu’il est fermé, nous osons  nous installés avec canapé et fauteuil en terrasse , sortons Get 27 et Marie Brizard  des cubayas , et passons un très bon moment à discuter , à revivre nos découvertes et planifier les sorties et visites suivantes.  Pour le lendemain, est prévu la sortie sur le Lac Tana et ses monastères. Nous n’avons bloqué la sortie qu’à la demi journée pour pouvoir faire les chutes du Nil l’après midi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  18  photo(s)    
Syndication :

ethiopie trajet Lalibella Bahar Dar

 03-11-2008 -  Djibouti

Trajet Lalibella –Bahar Dar

 

 

Après une journée passée à visiter les églises entérrées de Lalibella, et un agréable diner au restaurant « Unique » la pizzeria du village, situé en face de l’hotel Asheton  nous reprenons la route, pour rejoindre Bahar Dar, une ville balnéaire située sur les rives du Lac Tana à l’ouest de l’Ethiopie.  Nos véhicules sont tous propres ; mais le notre n’apprécie pas la fraicheur matinale et refuse comme prévu de démarrer ( problèmes de bougies de préchauffage) ; nouveau démarrage  en étant tracté par Eric. Nous faisons ainsi de l’animation auprès de l’hotel sans le vouloir, nous sommes un spectacle ambulant à nous tous seuls !!!

 

6h du mat, nous prenons la piste pour rallier l’axe de Debré Zebit, Dabra Tabor , en sachant  que nous aurons plusieurs heures de trajet difficile. Nous en avons eu un aperçu l’avant veille,  la route étant en refection , seul un coté est « roulable », gravier tassé, ce qui permet quelques pointes à 60km lorsque nous ne sommes pas derrière des camions ou des bus traversant le pays …. Après une heure et demie de piste à travers le paysage montagneux, nous atteignons les hauts plateaux et l’axe transversal Weldiya- Dabra Tabor . Comme il a plu toute la nuit, l’état de la route n’est pas fabuleux dans certains endroits ; les voitures ne seront pas restées  propres bien longtemps. 

 

Premier contretemps, la station où nous voulons nous ravitaillés est à cours de carburant, il faudra faire une centaine de kilomètres supplémentaires  pour trouver une pompe… Heureusement que nous prévoyons les pleins à mi-réservoir  , ainsi nous pouvons toujours avancé l’esprit plus tranquille !!!

 

Deuxième péripétie, la route étant en travaux, le terrain gras, un passage est momentanéement impraticable.  Comme en sens inverse nous voyons deux  4*4  passé dans un champ sur le côté, nous nous essayons à faire de même.  Mais les autochtones ne l’entendent pas de la même façon, et nous nous retrouvons avec une nuée de paysans,  barre à la main si ce n’est kalachnickov au poing face à nos véhicules, nous empêchant de passer et nous contraignant à faire demi-tour.  Nous n’avons pas de guide pouvant instaurer le dialogue, aussi nous obtempérons pour quelques instants.  Dans un  charabia anglais, un gars nous propose contre finance  de nous mener à travers champs  jusque sur la route , un peu plus loin… Nous tentons l’aventure, mais nous retrouvons 1 kilomètre plus loin face à d’autres paysans bloquant le passage et souhaitant avoir eux aussi leur bakchich… Nous faisons là encore demi-tour  sans donner d’argent à qui que ce soit et reprenons notre tour dans la queue qui s’est formée derrière les camions en attente… Nous patienterons presque qu’une heure avant que la circulation se rétablisse… Nous n’avions pas d’autres solutions  d’itinéraires, les axes de traverse n’étant pas encore crée !!!

 

Troisième blocage ; dans une montée , sur terrain gras, des camions sont bloqués en travers de la route.  En allant étudier de plus près les conditions de franchissement, les gars décident d’essayer de passer sur le bas côté en mettant quelques gros cailloux d’accroche… Bonne décision, nous rasons les gros bahuts mais passons presque aisément et ne perdons pas trop de temps  une fois de plus … Nous pourrions penser que nous sommes au bout de nos peines, he bien non , l’aventure continue !!!

 

Quatrième gros soucis, toujours à cause de l’état des routes et du sens unique de circulation, et de l’incompétence des chauffeurs … Un bus bloque l’accès en étant face à face à un camion.  L’un ou l’autre va devoir reculer  pour laisser passer les véhicules mais pendant une demi-heure personne ne prend de décisions si bien que le bouchon s’accentue des deux cotés… Enfin , une décision est prise de faire reculer notre colonne sur plus 300 mètres pour laisser le passage au bus, qui devra lui même faire descendre ses passagers car il a une tendance à s’embourber et à glisser dangereusement vers le bas coté, en bloquan t définitivement l’accès à tout le monde… Après quelques sueurs froides, et frayeurs le bus arrive à nous croiser et laisse la place aux camions qui sont devant nous… Nous soufflons un peu quand nous voyions le premier passer tranquillement .  Notre réconfort sera de très courte durée car le second gros véhicule s’engage très mal dans l’axe, et nous le voyions partir en crabe, avec sa remorque ,la citerne glissée en biais et bloquant définitivement l’accès…  Nous ne pouvons rien faire, que cogiter sur le fait qu’il va falloir attendre maintenant la dépanneuse pour qu’elle enlève le mastodonte gênant et que cela risque de prendre des dizaines d’heures car nous sommes perdus en pleine pempas et que les secours ne seront certainement pas là avant la nuit… Nous sommes qu’en fin de matinée et voyons notre timing s’éffondré…

 

Une équipe de tourisme avec guide et gros 4*4, essaye de forcer le passage sur un accès chantier entre les bulldozers, bien leur en prennent puisqu’ils arrivent à passer. Nous nous engouffrons à notre tour dans le chemin ainsi crée, et passons le point noir en dérapant et glissant allègrement sur terre glaise, mais pas d’incidents, nos pilotes Eric et Bernard « zen » nous font sortir des ornières et panades en deux temps trois mouvements !!!  Nous éviterons ainsi de passer 18h en rase campagne comme les véhicules suivant, sans eau, sans nourriture et couverture. Les nuits sont glaciales dans cette partie de montagne et il vaut mieux tout prévoir, ravitaillement et couverture, car on est jamais sur de rien …

 

Etant passé difficilement , nous modifions alors notre trajet de retour qui initialement nous faisait repasser par le même itinéraire. Nous décidons de redescendre par Addis et de faire la boucle complète.. Nous éviterons ainsi cette portion de route qui est vraiment difficile et épuisante. Bien nous en prendra même si nous mangerons encore des kilomètres et des heures de voiture supplémentaires !!!

 

Comme nous ignorons combien de temps de route il nous reste , nous préferons continuer à rouler jusqu’à Bahar Dar sans nous arreter manger à Debra Tabor  en début d’après midi ; nous ne nous fions pas aux cartes que nous possèdons ni les distances ni l’état des routes est fiable. Nous faisons une pause gateaux secs et cannetes que nous avons dans les cubayas en prévisions des gouters et apéros ; nous tiendrons ainsi jusqu’au soir où nous pourrons toujours nous rattrapper sur un plat de pates ou de riz pour nous caler…

 

Nous arrivons finalement vers 18h sur Bahar Dar, à la nuit tombée mais en ayant  fait les derniers 80km sur route goudronnée et bitumée qui est un vrai régal après toutes ces heures passées sur piste défoncée et bruyante…  Bahar nous apparaît comme paradisiaque avec ses grandes avenues de palmiers, ces grands et beaux hotels .  Nous décidons de nous poser pour 3 nuits au Dib Anbessa puisqu’ils ont le nombre de chambres demandé. Ce n’est pas du grand confort, mais les chambres sont relativement propres et miracle il y a des de l’eau chaude dans les douches , situées dans les chambres et non pas sur le couloir !!

 

Nous savourons alors de nous laver  et de manger chaud après toutes ces péripéties , qui une fois passées semblent bien banales en terre africaine !!!  C’est comme cela que se crée les meilleurs souvenirs  de nos voyages en terre inconnue …. Avis aux amateurs !!

 


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  18  photo(s)    
Syndication :

Notre petite troupe  marche d'églises en églises, totalement creusées dans le sol , du haut vers le bas. Il est absolument incroyable que de tels travaux, d'une telle précision est pu se faire à main d'hommes dès le moyen age. Dans la région de lalibella il y a une trentaine d'églises creusées ainsi, toutes portant des noms de saint, car ce sont des églises chrétiennes orthodoxes. Les images pieuses ressemblent à celles que l'on peut voir en Grèce. Nous visiterons 11 d'entre elles dans la journée, passant de Beta mariam, à Beta saint gabriel, Beta Mickael, et la plus belle , celle de        St georges. Elles sont toutes différentes, et chaque église à sa croix, sa signification, sa présentation différente. Certaines croix représentent les apotres, d'autres les évangelisateurs, d'autres encores la force de vie et la nature ... Elles sont magnifiques de ciselure, découpes ... Certaines peuvent être visitées par tous, d'autres ne sont ouvertes qu'aux femmes ou qu'aux hommes.  Ainsi dans l'une d'entre elle, nous les filles restont dans une alcolve tandis que les hommes peuvent voir le tombeau du Roi qui a crée cette ville, décrite comme la nouvelle Jerusalem... de nombreuses personnes viennent y effectuer pélérinage et bapteme aux dates de noel . Il y a alors foule , et les hotels sont réservés plus d'un an à l'avance ....

C'est un lieu très étrange, où les églises minuscules par rapport à nos cathédrales sont vénérées à travers le monde. Des prieurs vivent toute l'année dans ses mur, certains dorment même à même les murs dans de petites niches creusées à main d'hommes. Au départ un bloc de roche, à la fin une église creusée... que d'efforts pour ce magnifique résultat, que de foi pour tenter l'impossible !!!

A la fin de matinée, nous traversons un marché où tous les villageois se réunissent pour vendre leurs différents produits. Là aussi beaucoup de monde, beaucoup de couleurs et d'odeurs se mélangent  !!! Nous remontons tranquillement vers l'hotel, mais nous arretons dans un restaurant ethiopien pour manger une Ingera commune, où chacun mange de la main droite uniquement piochant sa viande ou ses légumes avec un morceau de galette ... les enfants picorent face à cette nouvelle technique et surtout les morceaux là aussi épicés.  Ils se rattrapperont le soir avec une pizza locale , faite dans un ménadou traditionnel , dans une toute petite salle .. Nous y passerons un très bon moment et y boirons le meilleur café  de tout notre séjour, en nous goinfrant de popo corn maison !!!  un excellent moment sous une pluie battante !!

Voilà pour Lalibella . Demain ce sera la route vers Bahar Dar et des aventures dignes de vrais baroudeurs .....à demain pour la suite de nos aventures  !!!


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  18  photo(s)    
Syndication :

Bonjour ,

Je continue la rédaction de notre parcours en terre axoumite. En traversant les zones montagneuses du Nord de l'Ethiopie , nous voyons de magnifiques paysages qui nous rappellent  les régions françaises, en particulier les Pyrénnés. Partis du niveau de la mer à Djibouti, nous avons traversé le désert de Galafi, le triangle Afar, puis peu à peu avons monté vers Bati et Kombolcha à presque 2000 mètres d'altitude. A Déssié nous étions à 2300m . Pour rejoindre Weldiya à seulement 200km de distance , nous mettrons plus de 4h, car toujours situé en zoné montagneuse . Nous passerons même une zone dans les nuages où il faisait très frais, peut être 10 ou 12°, ce qui nous est apparu glacial , en comparaison de nos 35° habituels .  Sur ces routes sinueuses, en cours de rénovation, seule une partie est roulable; en règle générale nous avançons péniblement à 50km. Cela nous permet de prendre de multiples photos de paysages et des personnes que nous croisons. Les Ethiopiens en grande majorité  se déplacent à pied, et font de nombreux kilomètres  pour rejoindre le village le plus près. On les voit le dos chargé, ou pied supportant sur la tête des paniers garnis de choses à vendre au marché suivant. On a l'impression de vivre un continuel exode de la population qui passe son temps au bord de la route du matin au soir...

Le midi, après nos 4h de route, dans la boue, nous nous arretons à Weldiya , au restaurant du Lal Hotel.  Cette petite ville, est elle aussi en totale construction, batiments, immeubles, routes . Sans cesse on croise des hommes portants des branches ou arbres fins sur les épaules qui serviront d'échaffaudage aux futures constructions.  Les seuls gros véhicules venant dans ces régions sont des camions apportant tous les matériaux soit directement de Djibouti, soit d'Addis ..;

Lors de notre repas, nous rencontrons des personnes de Djibouti. Ils sont là avec leur guide, et se dirigent eux aussi vers Lalibella; mais ils sont venus en avion jusqu'à Addis et de là on loué un véhicule 4*4 avec chauffeur. Ils ont faits autant de kilomètres que nous mais on déjà eu 5h de retard  sur la voie aérienne !!! Les retards et contretemps sont partout en Afrique ... Nous ne sommes pas au bout de nos découvertes !!!  Pendant le repas nous nous renseignons sur l'axe à prendre pour rejoindre Lalibella par la route la plus courte . On nous indique un vague croisement à droite en allant vers l'ouest.. Le but est de ne pas louper cet embrachement qui nous met à seulement à 80km des églises souterraines sinon nous devrons faire 160km ... Co-pilote non avertie , en traversant Weldyia, slalomant entre piétons, charettes , pouce pouce et camions, nous loupons le fameux croisement. Nous roulons pendant presque 2h avant d'atteindre un croisement où des enfants nous indique lalibella à encore 60km, donc  plus d'une heure de route même si la piste est roulable pour une fois. Nous atteindrons donc encore notre hotel à la nuit tombée et n'aurons pas le choix car le premier là encore où nous nous dirigeons est complet. Nous prendron donc gite au Seven Olives pour 2 nuits, ce qui ne sera pas de trop pour se remettre de ces deux jours entiers de voiture.  Les voitures sont dans un état minable, elles ont de la boue jusque sur le toit, et à mi hauteur des portières. Nous sommes passés dans des endroits où les ornières étaient énormes et avec la pluie, chaque passage de flaques occasionnent de grandes gerbes marrons qui pourrissent tout.  Les gardiens vont avoir du boulot demain à nettoyer et laver nos 4*4. Ils mériteront bien leur pourboire .

Nous prenons notre repas à l'hotel , ce sera du local, Arabic Fir Fir , une galette d'Ingera remplie de petite viande en sauce avec des figues. Bernard et Valerie , eux ont choisis quelque chose de plus épicé qu'ils ne pourront pas finir, car beaucoup trop relevé... Les enfants ont commande des "cheese burger" mais finalement obtiennent 2 toasts avec une énorme tranche de fromage non fondu; un peu déçus ils font connaissance avec la cuisine éthiopienne!!!  Nous ne trainons pas trop à table sachant que le lendemain nous aurons une journée entière de visite. j'ai déjà été interpellé par un rabatteur qui souhaitait que je lui verse un acompte de quoi réserver son costume de guide officiel ... Dommage pour lui, nous venons de Djibouti et savons qu'il ne faut absolument rien versé à n'importe quel quémandeur. Bien que nous soyons en groupe , il insiste et nous propose un tarif extremement élevé, croyant certainement que nos poches sont bien remplies...  Raté pour lui, on ne prendra un guide qu'à l'entrée du site ... et même pas un guide francophone, non tout sera expliqué en anglais, Valérie et moi, nous chargeant de traduire à nos hommes et aux enfants. Heureusement, j'ai le petit futé avec nous, et ne loupe pas un instant pour faire la lecture et donner quelques explications complémentaires à tout le monde. 


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  18  photo(s)    
Syndication :

depart en Ethiopie en voiture

 01-11-2008 -  Djibouti

Bonjour à tous,

Nou venons  de profiter des vacances de Toussaint pour effectuer un périple de 10 jours, en voiture, en Ethiopie.  C'est un pays très grand, presque 3 fois la France d'après nos discussions.  Nous avons choisi de faire le Nord, la partie montagneuse avec la famille Houchard et Dom, puisque l'année précédente ils avaient déjà fait le sud, avec toute l'équipe de l'immeuble Tani.  Nous avons passé une excellente période, au frais  dans ce grand et beau pays.

Nous avons donc quitté le jeudi 30 octobre à 5h du matin Djibouti sous la pluie, pour rallier la ville de Déssié , le soir à la nuit tombée. Nous avons roulé toute la journée, une partie route jusqu'à la frontière, une partie piste pour rejoindre Bati, et ensuite de la route en cours de rénovation ou bitumage, ce qui équivaut à de la piste caillouteuse et poussièreuse, voire boueuse dans certain endroit.  A la frontière, tout s'est bien passé, et rapidement déroulé. Nous avions tous nos laissers passers en ordre, visas pour les personnes, et laisser-passer des véhicules avec autorisation touristique à jour. On a seulement passé 1h30 en douanes, ce qui est un temps court, surtout ici en Afrique...

A l'heure du casse croute, on s'est rendu compte que nous avions oublié nos "Sharwarima" dans le frigo... donc arret dans un routier local,  petite viande au curry srvie avec la galette ethiopienne appelée "ingera". les enfants n'ont pas trop apprécié cette pause épicée, mais c'était cela ou rien... donc on a fait avec. !!!

Le soir , nous sommes arrivés à la nuit tombée dans Dessié. Le premier hotel où nous nous sommes arrétés était plein. Pas facile de trouver 6 chambres au pied levé... Nous avons alors suivi les indications pour nous diriger vers le Ghion Ambassel, qui lui disposait bien des chambres , des douches communes dans le couloir, de WC avec de l'eau dans un seau... là aussi il a fallut faire contre mauvaise fortune, bon coeur... Pas de vraie douche donc le premier soir, seulement une toilette de chat pour les plus téméraires... c'est aussi cela l'aventure africaine dans ce que l'on appelle  "hotels" et qui pourrait se dénommer " dortoirs"!!!

Pour le repas du soir, nous avons tout de même mangé à l'hotel, pas très envie de ressortir, grosse fatigue après les 13h de route. Le diner a été très simple car la carte n'était guère fourni, excepté les plats de pates, les hamburgers ne ressemblaient pas à ce qu'ils auraient dus être, plutot des steacks en toasts... Personne n' a été malade, c'est le principal.!!

Le lendemain, nous avons repris la route vers Weldiya pour atteindre laliballa. Mais au surprise, on s'est rendu compte que notre voiture a pris froid et refusait de redémarrer. Il a donc fallu qu'Eric nous tracte, pour que nous nous lancions dans la descente de l'hotel et puissions démarrer correctement. Il a fallu éviter, piétons, camions, bestiaux, et autres quadrupèdes avant de lancer le véhicule récalcitrant!! que d'aventures !! merci Thierry pour la sangle, elle nous a bien dépanné!!!

 


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  16  photo(s)    
Syndication :

Arta Plage Bivouac d'une nuit

 24-10-2008 -  Djibouti

La saison des sorties week-end  a repris, aussi, nous venons de faire  deux jours -une nuit  à Arta Plage , avec quelques nouveaux.  Nous sommes partis jeudi vers 15h pour pouvoir installer le camp avant la tombée de la nuit qui se fait vers 18h. Nous sommes passés par Arta estivage et avons emprunté la descente des mariés. Dom a pu testé sa BJ, impeccable, aucun souci ni sur route ni sur piste. Tout roule parfaitement; Remi s'en est donné à coeur joie à piloter l'engin, cela n'a pas été trop du gout de Aicha qui au retour a préféré revenir avec nous, dans un véhicule climatisé, ne laissant pas entrer la poussière.

En arrivant sur la plage d'Arta, nous nous sommes installés comme d'habitude au fond du terrain, de façon à se protéger quelque peu du vent. Les baches dréssées, les lits montés, la douche -vestiaire posée, tout le monde a pu faire trempette tranquillement.  Nous n'étions pas nombreux sur le site seulement 3 ou 4 bivouacs, donc calme garanti.  Les hommes se sont occupés du barbecue et nous ont faits de très sympathiques grillades, brochettes de poissons  ou cotes de veau marinées; Repas impeccable pour tous.   Soirée tranquille sous la pleine lune à discuter par petits groupes, pendant que les ados  font de même dans leur coin.

Le problème des nuits à la belle étoile est que même si vous voulez vous reposer le matin, vous autorisez à farniente un peu plus longtemps; c'est impossible; vous etes réveillés par le soleil, les animaux qui se balladent, les enfants qui parlent, les djibs qui s'appelent de montagne à montagne. Résultat au lieu de vous lever comme en semaine à 5h, vous etes debout à 5h30... 6h à l'eau ,7h petit dej, 8h vaisselle, 9h-11h baignade ou bronzette selon l'humeur. Vous arrivez ainsi en fin de matinée vanné, pas vraiment reposé de la semaine . L'après midi il n'y a pas de sieste puisque vous profitez au maximum de la plage et des amis, donc vous repartez sur le rythme hebdomadaire  à une fatigue supplémentaire qui s'accumule jusqu'au prochain vendredi, où vous décidez de ne pas bouger et de faire vraiment une journée repos...

Notre retour s'est fait à un bon rythme, toujours dans la roue de Remi et Dom, dans la poussière dégagée par les dérapages et freinages de dernières secondes. Ce qui fait que sans l'avoir vu et évité , nous nous sommes pris à pleine vitesse un obstacle. C'est la grosse secousse qui nous a fait réalisé que nous avions touché brutalement soit un gros caillou soit autre chose. Il s'en est suivi un bruit moteur pas normal, des vibrations sous la boite de vitesse . Après arrêt controle et regard de super Eric, notre mécano attitré et préféré, longeron transversal et silent bloc cassé. Nous avons tout de même pu rentré sur Djibouti tranquillement mais bruyamment . Les garçons Pierre et JB ont échappé à cela puisqu'ils étaient avec Dom et Rémi dans la BJ. Quentin lui n'a pas été gêné puisqu'il a dormi pratiquement tout le retour.  Cet incident tombe mal sur notre planning puisque on se prépare à faire un circuit nomados sur une dizaine de jours pour les vacances de la toussaint. Heureusement Eric a pris les choses en main, et des le lendemain, il nous avait trouvé les pièces de rechange, pour remttre le véhicule en état. Le dernier controle réparation se fait aujourd'hui mardi, de façon à ce que nous puissions partir tranquillement jeudi si tout va bien.  Nous allons faire pas mal de kilomètres sur piste et allons voir divers paysages; nus vous raconterons tout cela lors de notre retour à la mi novembre. Les enfants vont loupés 3 jours d'école si nous arrivons à faire la totalité de la boucle prévu; nous en profitons car ce sera la seule fois où nous pourrons partir ainsi sur le territoire .

Il nous reste maintenant à peine 9 mois pour profiter pleinement de Djibouti.  Le nom du remplaçant de Bernard est tombé officieusement; nous n'attendons plus que le message officiel qui nous fera rentrer défintivement en juillet 2009 en France. La surprise sera de savoir où ?  on va devoir patienter jusqu'au printemps et vous avec nous pour connaitre la suite !!!

Nous vous embrassons tous et vous disons à bientot entre deux sorties .

Fabienne et Bernard


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  14  photo(s)    
Syndication :

Khor ambado plage avec le Sitram

 16-10-2008 -  Djibouti

Bonjour à tous,

Quelques nouvelles de Djibouti , où le mois d'octobre s'écoule aussi rapidement que les précédents. Ici nous venons de faire un week end cohésion avec l'équipe du Sitram, presque au complet, en faisant un nomados à la plage de Khor Ambado.  Le départ s'est fait à 15h, direction Doraleh, puis Khor Ambado. La piste a été entièrement refaite et dammée, on roule pratiquement uniquement sur de la terre tassée sur les 3/4 du parcours. Seule une partie de la descente reste caillouteuse, mais rien de méchant car les bulldozers ont bien élargi et aplati la piste...C'est même plus sportif d'y aller !!! cela fait plus ballade tranquille que vraie sortie 4*4 !!!

Arrivés sur place vers 15h30, nous nous sommes installés près du restaurant Sarey et avons installés le bivouac pour la soirée et la nuit. Eric nous a même installés les douches solaires, de façon à ce que nous puissions se doucher  àprès chaque bain de mer.  Nous avons donc tendus les baches anti-chaleur, montés les lits picots, sortis les cubayas et préparés le barbecue, avant d'aller faire une partie de foot endiablé, pour cause marée basse. A cette occasion, bernard s'est retourné un petit doigt de pied, que Thierry lui a relmis en place à chaud. on verra ce que cela donne dans quelques jours. On a pas idée non plus de jouer pied nu sur le sable et de shooter dans les cailloux ... je parle d'expérience puisque moi même m'y suis amuser plusieurs fois ; c'est douloureux et handicapant pendant plusieurs semaines !!!

A la nuit tombée, on s'est tous réunis autour des tables, pour le sacro saint apéritif puis ensuite les grillades. Comme nous discutions semble t-il un peu fort, les ados , on installé leurs lits à une centaine de mètres de nous, un peu plus près de la mer, de façon à s'amuser tous ensemble.  La nuit a été relativement calme, une fois tout le monde allongé.

A partir de 6h, chacun a commencé à se lever, petite baignade puis déjeuner tous ensemble ; 24 personnes cela fait du monde, 13 adultes, 11 enfants... Profitant de la marée haute, les ados ont passé la matinée dans l'eau pendant que les ainés bouquinaient, bronzaient au bord de l'eau. JB pour ne pas changer était en plongée, près du bateau coulé. Il a ainsi vu une grande raie, et de nombreux mérous.

Pour le repas du midi Moussa nous a préparé un couscous  que nous avons attendu longtemps, et qui s'est révélé très moyen pour ne pas dire mauvais!! C'est le problème des restaurandjiboutiens, ils s'annoncent cuisiniers mais ne savent pas suivre les recettes, ou n'utilisent pas les produits de base si bien qu'on se retrouve toujours avec des surprises plus ou moins bonnes selon l'originalité du chef !!!  On finit par préférer préparer nous même nos plats, manger tranquillement sous la toile, sans rien demander à personne et profiter pleinement du décor, sans se prendre la tête avec des menus  aléatoires... C'est sûr qu'il faut amener toutn le matériel mais au moins s'il y a un souci on sait d'où cela provient .

Après le repas, et une partie de carte, on a commencé à replier le camp tranquillement, puis retour en fin d'après midi sur Djibouti et préparer la nouvelle semaine.  Petit week end tranquille donc avec les collègues de travail de Bernard sans grande ambiance festive comme parfois on en a connu d'antan !! n'est ce pas Fred et Kathy ?? On a toujours pas reconstitué une équipe week-end  qui soit aussi dynamique que la précédente , et cela nous manque ....

J'espère qu'en France, tout se passe bien, que l'arrivée de l'automne se fait en douceur pour tout le monde. Nous vous faisons de gros bisous en attendant de vos nouvelles très prochainement.

Fabienne et Bernard


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  18  photo(s)    
Syndication :

Bonjour les amis ,

Comme aujourd'hui vendredi, nous ne bougeons pas pour cause de travail pour Bernard, j'en profite pour mettre à jour le blog.  Nos journées et soirées sont toujours aussi animées, aussi est-il difficile de trouver des creneaux de quelques heures pour vous raconter tranquillement nos faits et gestes , ici à Djibouti.

Le week end dernier, nous avons profité de la fin du ramadan et donc de 3 jours fériés, l'Aid el fitr, pour quitter la ville et nous diriger vers le Nord.  Avec Eric et Valerie et leurs enfants, nous avions concocyé un convoi avec quelques nouveaux , pour leur faire découvrir le territoire et le système nomado. Pour préparer ces quelques jours de repos , nous nous sommes réunis, au Foyer marabout , pour connaitre l'itinéraire, préparer l'ordonnancement des repas, boissons, matériel de camping, etc.... Il faut dire que nous partions à 24 personnes dont 12 enfants, avec 6 véhicules; cela fait un beau et long convoi.

Donc mercredi matin, 8h30; départ vers Weah, avec du retard pour nous, car contrairement aux prévisions, 2 nouveaux bateaux s'annonçaient et commandaient des vivres par téléphone à Bernard.  Les écritures étant faites, on a pu s'éloigner tranquillement de Djibouti.  Les voitures étaient chargées au taquet, car entre les cubayas,bidons d'eau,  les lits picots , les fauteuils et tout le reste , la place était comptée dans les véhicules.  Nous avions installée la galerie, pour libérer un peu le coffre... mauvaise idée car dès les premiers kilomètres, , dès les premières bosses , les attaches sautaient ...ça la qualité djiboutienne est toujours aussi aléatoire... Nous avons malgré tout continué bon an mal an comme cela jusqu'à la sortie de Weah... mais ils nous a fallu constaté qu'on ne pourrait pas s'arreter tous les 3 kilomètres, pour resserer ou refixer les attaches de toit..on a donc laissé roulé les premiers véhicukles le temps de tout décharger et remplir le coffre du mieux qu'on pouvait !!! On a rattrapé ensuite le convoi au croisement de la route de l'unité , ou tout le monde patientait en se demandant ce qui nous arrivait !!!  Une fois tout le monde rassuré , on a continué à cheminer en faisant une halte au rift, puis à la tombe de Borrel près du Goubet. C'est vrai qu'à chaque fois la vue y est magnifique !!!

Comme nous avions perdu pas mal  de temps , nous avons pique niqué sur le bord de la route rapidement,  à l'entrée de la piste menant vers la forêt du Day.  Une fois restauré, nous nous sommes dirigés vers Ras Ali, un camp après Tadjourah. A Saggalou, nous avons acheté du charbon de bois, pour alimenter nos divers barbecue . Les discussions ont été rudes, car les vendeurs ont augmenté les tarifs, là aussi. Eric a tout de même obtenu  le sac pour un prix raisonnable , pendant que nus prenions des photos des enfants autour des voitures.

Après la traversée de Tadjourah, nous avons installé le camp à Ras Ali, avec vue  sur la grande bleue . Nous avons établi les toiles anti-chaleur entre les véhicules, monter la douche sur le coté de la voiture d'Eric,  avec rideau, caillebotis,  plus 2 douches solaires pour les rinçages... le top, quoi !!! Les tables et fauteuils ont été posé sur les nattes, les lits dépliés avant la nuit, près des voitures. Une fois le camp installé, nous sommes allés nous baigner mais malheureusement la mer étant   basse, il était difficile d'accéder au tombant sans marcher sur les coraux !!! pas top pour les enfants...

Avant la tombée de la nuit nous avons préparé le barbecue, préparé les grillades, servi l'apéro et passez une agréable soirée tous ensemble. Seule Marlène , l'épouse de Franck ,"Tchoa" pour les amis,  se sentait patraque, après un épisode gastro chez elle tout au long des jours précédents... Elle n'a guère profiter de l'ambiance conviviale de ce début de week-end, où tout le monde a écouté les blagues et histoires racontées par  Olivier, et Stéphane , autour des digestifs... en particulier les 58 et petite "marie "... les anciens sauront de quoi on parle !!(n'est ce pas Fred, kathy, Martine  , Rémi ???")

Le lendemain matin, réveil aux premières lueurs, donc dès 5h30, dans le calme absolu. Petit dej tranquille, puis ballade aux Sables blancs pour les nouveaux , baignade, découverte du superbe tombant et de la faune multicolore , pour les amateurs de merveilleuses plongées!!!  Avec Valerie, nous sommes restés au camp, avec les ados, ainsi que Marlène qui ne se sentait toujours pas bien.  Elle a passé sa matinée, lovée dans un fauteuil en essayant de combattre nausée, diahrée et crampes instestinales ... Au retour des hommes, en fin de matinée on a commencé à démonter le camp et s'interroger  sur un éventuel retour de Marlène et franck sur Djibouti, puisqu'ils ne se sentaient pas en état de faire les 2 h de piste vers Dittilou . Thomas et Sandra se sont alors proposé de faire la route de retour avec eux, puisque leur petit Mathis,  avait eu de la fièvre dans la matinée et n'avait plus de voix.  Durant le démontage du camp, tout s'est accéléré, puisque Marlène nous a fait un malaise; on a donc décidé de s'arreter à l'hopital ou plutot le dispensaire de Tadjourah, sachant qu'il lui serait très difficile de faire les 3h30 de route la ramenant à Djibouti.  Olivier a lui pris la décision d'appeler Bouffard et demander un hélicoptère, pour un rapatriement sanitaire; qui s'est finalement fait 2 h plus tard.  Olivier et Françoise sont restés avec Marlène et Franck , le temps de l'arrivée des secours. Mais ne pouvant rouler de nuit, ils ont dormi à l'hotel du Golfe  et ont rejoint Djibouti et Bouffard le lendemain matin.

De notre côté , sachant que pour rallier Dittilou, il nous fallait presque 2h, nous avons quitté avant 15h30 Tadjourah. Stéphane et Céline, ainsi que Thomas et Sandra nous ont suivi , sur la piste qui mène  vers le camp, à travers Oued asséché, piste de montagne  et chemin caillouteux. Nous sommes arrivés juste avant la tombée de la nuit, nous sommes installés dans les différents toukouls, pris les douches pour nous débarrasser de la sueur, et poussière du voyage.  Le repas du soir  s'est tranquillement passé, chacun pensant aux soucis de santé de Marlène, certainement une grosse déshydratation ...

Au réveil le lendemain matin , les enfants ont pu jouer avec les singes, prendre de multiples photos, durant le petit déjeuner traditionnel, galette, miel, thé chai, etc... A l'issue, les parents de Mathis ont préféré reprendre la route de Djibouti, leur petit Mathis ayant encore fait un épisode fiévreux la nuit avec gastro; Stépahne et Céline sont alors partis avec eux , sachant qu'il vaut toujours être deux véhicules à circuler , en cas d'incidents... Eric et Bernard n'ont appris ce départ qu'à leur retour de la randonnée pédestre de 4h faite avec le guide GO Aramis, qui leur a expliqué plein de choses sur le monde Afar, les significations des différentes tombes en pierre, les arbres, et plantes diverses. Ils étaient ravis de toutes ces explications culturelles.

Nous avons donc pris le repas du midi, à seulement 10 alors que nous étions 24 au départ !!!  Pas terrible comme première expérience de nomados pour cette jeune et nouvelle équipe !!! espérons que la prochaine fois tout se passera mieux pour tout le monde , et que chacun profitera pleinement du dépaysement sans contrainte de santé ...

Notre retour sur Djibouti s'est fait sans problème en toute fin d'après midi. Nous avons alors appris que Marlène était toujours hospitalisée, qu'elle avait fait une sévcère déshydratation, qu'elle avait une tension à plat, qu'elle était fiévreuse, et que son cas nécessitait du repos ; le problème de santé devait déjà être entamé avant notre départ de Djibouti, la chaleur et la non consommation d'eau, le manque de climatisation dans le véhicule n'ayant qu'accéléré le processus ... Le climat est rude ici, et tout peut très vite dégénerer si on ne désaltère pas un maximum.... D'un autre coté, Mathis lui a été soigné pour une bonne gastro et une laryngite . Au bout de quelques jours tout est rentré dans l'ordre pour tout le monde, heureusement !!

Les enfants ont repris les cours le samedi matin, moi le dimanche, et Bernard a retrouvé 3 bateaux à quai et multitudes de commandes en attente !!! On ne s'est pratiquement pas vu cette semaine , avec nos horaires de folies . Au moins aujourd'hui, ne bougeant pas, on va peut  être passé quelques heures tous ensemble tranquillement!!!

Nous vous faisons de gros bisous et vous disons à plus tard.

Fabienne et sa tribu


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  18  photo(s)    
Syndication :

Bonjour tout le monde,

Voilà quelques temps que je ne suis pas venue sur le blog, le temps m'a franchement manqué pour m'installer devant l'ordinateur; je m'en excuse !!!  Tout cela est dû au fait que il a fallu mettre à jour et en place le système de bus pour le ramassage scolaire; je m'occupe de la ligne de notre quartier, donc  listing des enfants à prendre, adresse et surtout planning des tours de parents accompagnateurs . Comme nous tournons tous les jours à 2 adultes, les tours reviennent tous les 10 jours environ, mais il faut prendre en compte les emplois et horaires de chacun, les contraintes de service, etc... un petit casse tête au début  mais maintenant cela devrait aller mieux ...

Deuxième casquette, la mise en place du service visite pour Loisirs Découvertes au niveau social et sorties boutres, donc prise de rendez vous pour faire les visites par petits groupes sur octobreet les mois suivants. Le problème c'est qu'en Septembre, pour cette année, c'est le mois du Ramadan, donc les gens sont difficiles joignables et ne prennent pas de décisions pour le mois suivants... pas facile donc de réussir à planifier des sorties , surtout quand on connait le degré de ponctualité et de fiabilité des Djiboutiens... Mais bon,  j'ai tout de même réussie à prévoir une dizaine de sortie dans le cadre du social : une visite de l'hopital de Balbala sur les hauteurs de Djibouti ( le quartier pauvre ), visite du centre de malnutrition à PK12 (vers Balbala également),  2 visites avec entraide à l'orphelinat Pelletier (pour les petits ethiopiens) , une visite au centre mère enfant aida bogoreh (pour les orphelins djiboutiens), une visite à Notre dame de Boulaos (une école d'alphabétisation pour les enfants somaliens et ethiopiens) ; je devrai arriver ces jours ci à obtenir également une visite au centre des femmes de Balbala (centre de formation esthétisme, couture, informatique pour les femmes de Balbala)  et un autre rendez vous pour voir le mariage selon la tradition Afar... Cela fait un bon planning  donc à gérer d'autant plus que je ne m'arrête pas là ... je dois prendre des contact également avec Caritas et l'Unicef pouvoir si les épouses FFDJ  peuvent aider, donner de leurs temps ou autre dans les différents quartiers de Djibouti...

Troisième casquette, la préparation de mes cours d'astrologie pour les débutants et les confirmés , avec le dimanche matin et après midi puis le mercredi matin.  J'ai déjà planifié l'ensemble des cours et faits les photocopies nécessaires , reste plus qu'à enseigner  et m'atteler aux commandes de thèmes qui ne devraient pas tarder !!! pas de quoi s'ennuyer  voyez vous, et pas le temps d'être devant l'ordi à vous tenir au courant de notre vie...

Ah j'oubliais sur le timing, les cours d'anglais en cours du soir ; j'ignore encore le jour mais croise les doigts pour que ce ne soit pas le dimanche . Là ce serait vraiment la cerise sur le gateau , et journée non stop ....je preferai samedi mardi si j'avais le choix ...

Soyez rassuré, tout le monde va bien. les enfants sont contents de leurs profs  et de leurs emplois du temps. Catherine est inscrite à la danse modern jazz le jeudi en fin de matinée, Quentin lui continue la baby gym également le jeudi matin. Pierre fera du Rugby le lundi après midi si les notes d'anglais sont bonnes . (pour l'instant les leçons sont apprises donc les moyennes sont au dessus de 16, donc parfait ...)Jean Baptiste lui fait ses plongées le Mercredi après midi et une autre  s'il peut. Ils sont inscrits à leurs activités sportives qui débuteront début octobre après la fête de l'Aid, la fête de fin de Ramadan. Cela va être la fête pour les Djiboutiens avec 3 jours fériés, aussi en profitons nous pour quitter la ville et faire un nomado vers Ras ali à coté de Tadjourah plus une nuit à Dittilou. Nous nous réunissons cet après midi au foyer Marabout pour planifier l'organisation de la sortie, les repas, les couchages et savoir ce qu'il faut amener . Nous serons 24 au départ dont 18 nouveaux, pour qui ce sera leur première sortie sur le territoire; il faut donc expliquer  le matériel de campement à amener, tables, lits, cubaya, etc...Il faut briffer les conducteurs sur les risques du 4*4, prévoir les cahiers et crayons pour les enfants rencontrés sur la route... On a réservé le camp de Dittilou, ce sera aussi une découverte pour Bernard qui ne l'avait pas vu la dernière fois pour cause de présence de bateaux... Là normalement , si l'actualité n'évolue pas , il devrait être tranquille ce week end; le dernier bateau part demain ; il pourra donc venir avec nous ...

Durant ces dernieres semaines nous avaons fait différents restaurants avec les amis, en particulier "la Reine de saba" pour le départ de Ramdane et le "Sheraton" pour découvrir les repas EndOff, de rupture  de jeune en fin de journée pour les mulsumans. On a ainsi montrer aux enfants l'ambiance conviviale et musicale autour d'un buffet comportant samoussas, diemens, boulettes de pois chiche présentée sous forme de beignets à manger avec une sauce épicée, les différentes purées de légumineux locaux, et ensuite les gambas grillées ou bien poulet ou boeuf accompagné de l'éternel pates ou riz et enfin buffet de dessert... c'était correct sans être transcendant !!!

On a également fait des sorties chez Valerie et Eric, reçue à la maison pour nous mettre à jour des diverses invitations auprès de Didier, et Franck, qui en ont profité pour nous demander de la documentation et nos sensations pour la Tanzanie.  Gio et carole eux ne sont pas venus , pour cause de début de Régime; l'été a fait pas de dégats chez tout le monde et comme les soirées continues il est nécessaire de se mettre au vert pendant quelques temps. Moi même depuis le retour est privilégiée les protéines, aussi la balance indique un flatteur moins 8kg... Motivée je continue avant l'épreuve des fêtes de fin d'année ou les galupes s'enchainent tout comme en métropole....

Voilà pour les nouvelles, je crois avoir fait le tour. dans le prochain courrier vous connaitrez et verrez les photos de notre périple autour de Tadjourah et Randa.

Nous vus embrassons tous affectueusement et vous disons à très bientot.

Fabienne et sa tribu


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  9  photo(s)    
Syndication :

Bonjour à tous,

Ici la rentrée s'est effectuée depuis un peu plus de 10 jours et nous avons été tous très pris entre les emplois du temps, les courses scolaires , les pré-réunions d'activités, les contacts pour la reprise des bus, les listings et plannings de tout le monde. Cela devrait rentrer dans l'ordre en début de semaine prochaine; puisque les bus  reprennent du service à partir du mardi 16 septembre ; on fera moins d'allers retours de trajets d'école sur Kessel ou Dolto . Ce sera déjà très bien .

D'autre part le lundi 15 septembre aura lieu le forum de présentation de toutes les activités et à la suite, dans les jours qui suivent, les inscriptions aux sports ou activités manuelles qui nous intéressent ... Pour le 1er octobre, tout sera rodé, les plannings définitifs, on pourra donc être plus libre ou plus exactement avoir l'esprit plus calme, puisque tout sera écrit !!!

La rentrée des collégiens s'est bien déroulé à Kessel . cela s'est échelonné toute la matinée du 3 septembre.                  Jean -Baptiste a ouvert le bal à 7h30. Il a ainsi découvert le collège, sa classe sur le panneau d'affichage , ses professeurs et son emploi du temps. Malheureusement il n'a guère pu prendre vraiment contact avec les autres élèves de sa classe, car après seulement un quart d'heure de cours, le stress l'a emporté... il a fait un léger malaise, a été amené à l'infirmerie où il est resté jusqu'à 9h30, heure de fin de présentation pour les 6èmes.. Je l'ai récupéré tout penaud de sa rentrée auprès de l'infirmière, qui si elle croyait être tranquille pour sa première heure , a été d'emblée mise à l'épreuve...!!! soyez rassuré, depuis il a repris le dessus, connait bien sa classe, reconnait ses profs;!!!

Pour Catherine et Pierre, le stress ne concernait que la composition de la classe où ils seraient, à savoir s'ils retrouveraient ou non les copains de l'an passé... Il y a eu bien sûr quelques déceptions à la lecture des affiches mais dans l'ensemble , ils sont contents des groupes dans lesquels ils sont ... dans le pire des cas ils retrouvent leurs fidèles amis aux récrés:!!! On connait déjà les dates de réunions de professeurs, je ne vais pas chomer là non plus avec 3 soirées de présentation maintenant que nous en avons 3 dans le cycle du collège. Après il y aura les réunions de conseil de classe ... dans  moins de 3 mois !!!

Pour Quentin la rentrée s'est effectuée le dimanche 7 septembre à Dolto ; il n'est plus avec ses copains de l'an dernier et a une nouvelle maitresse ; il l'a déjà testé et il nous a fallu des le lendemain de la rentrée lui redire ce que l'on attendait de lui; à savoir suivre les consignes de la maitresse sans faire le pitre pour amuser ses camarades, être sage, écouter attentivement durant le temps scolaire !! une fois la remise à plat effectué, le comportement de la deuxième journée  s'est beaucoup mieux passé pour tout le monde !! heureusement !!

Pour casser le rythme habituel du vendredi à la plage, la météo nous a surpris vendredi dernier par un super orage de 6h à 10h du matin ; on a ainsi découvert ce qu'était la pluie à Djibouti, les rues inondées, les flaques qui stagnent pendant plusieurs jours, la montée de l'humidité avec l'évaporation !!!  Le paysage est vu différemment lorsqu'on le voit sous l'eau , le sol est sale et le ciel semble beaucoup plus plombé, plus bas; cela donne une impression d'étouffement après tout ces mois d'azur bleu !!! Je ne me plaindrai pas plus de la météo car ici l'eau était plus que nécessaire , et même il en faudrait encore quelques semaines  ...

Aujourd'hui Jean-Baptiste est à la plongée , il espère aller vers la "bouée coulée" car on y voit de magnifiques poissons . Il nous racontera tout cela ce soir chez Eric et Valerie, qui reçoivent tout le service du SITRAM à domicile .  Catherine et Pierre sont à la plage du héron, avec leurs amis.  Demain nous allons pique niquer à la plage de Khor ambado, la plus proche de la ville , car tous les hommes sont d'alerte, l'affête est arrivé et deux autres bateaux doivent passer . Ils ne peuvent donc pas s'absenter , seules les femmes et les enfants profiteront donc des plaisirs de la plage....

Samedi soir nous sommes de sortie également car nous fêtons l'arrivée d'un nouveau dans l'équipe du Sitram... oui oui on ne fait que cela, sortir et faire la fête après les heures de boulot !!!

Ah j'oubliais le plus important, mardi 9 septembre nous avons fêté l'anniversaire de Jean-Baptiste qui a eu ses 11 ans ,au restaurant de "l'aube ", ; en cadeau il a eu un livre sur les beautés sous-marines en plongée, plus un livre sur Djibouti, où il retrouve tous les sites visités !!! Il était ravi ; il va pouvoir garder tous ces moments en souvenirs.

Voilà donc nos derniers quinze jours bien remplis; le programme à venir est bien chargé lui aussi , mais je vous raconterai tout cela une prochaine fois !!

Grosses bises à tous; en espérant que pour vous aussi la reprise n'a pas été trop dure . !!


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  15  photo(s)    
Syndication :

rentrée pour tout le monde

 01-09-2008 -  Djibouti

Bonjour tout le monde,

à la veille de la rentrée,  les cartables révisés, les cahiers achetés, les livres couverts, tout le monde est fin prêt pour commencer une année, sinon un trimestre studieux !!! j'espère qu'il en est de même pour vous  !!!Bon courage et bonne chance !!

Ici le moral est bon, tous n'ont en tête que l'idée de retrouvailles avec les anciens amis, connaitre les nouveaux et ne viennent qu'après les questions sur les profs et les emplois du temps !!!  C'est vraiment l'effervescence mentale de savoir avec qui on va être cette année,  qui on souhaiterait ..; On verra mercredi midi les joies et les peines s'inscrire sur le visage de nos chérubins, une fois l'emploi du temps en poche avec la liste des  autres élèves.

Je les comprend un peu, moi qui prépare mes cours d'anglais, me demande aussi s'il y aura du monde, si les anciens seront là , dans quelle proportion, quels seront les nouveaux ?  De même pour les cours d'astrologie que je planifie, plein de questions m'assaillent ,l'intégration d''exercices pratiques sera -t-il positif,  comment je peux améliorer mes prestations astrologiques , etc §§§  Je ne chôme pas , et il me reste tout le mois de septembre pour tout fignoler , puisque les cours ne recommenceront que le 1er octobre !!!

Question détente et ballade, depuis que nous sommes rentrés nous sommes allés à Arta Plage montrer les fonds marins à une équipe de nouveaux ; à cette occasion on a eu la chance de voir des tortues de mer à bec de perroquet . ! très sympa. Jean Baptiste a même ramené un Baliste qu'il a pêché avec son fil et son hameçon, à la traine !! Il était ravi mais aurai souhaiter en ramener un plus gros . Ce sera pour une prochaine fois . Vendredi dernier avec quelques collègues de Bernard nous sommes allés à Khor Ambado, la plage à l'ouest de Djibouti, à une quinzaine de kilomètres.  Comme la mer était montante, on a pu en profiter toute la journée, sans avoir à être gêner par la barrière d' algues.   Les enfants se sont retrouvés ensemble pour se raconter les aventures de l'été, les ballades faites,  les visites et parcs d'attractions !!! Les parents n'ont pas loupé l'occasion eux non plus de raconter leurs vacances et le plaisir de se retrouver tous ensemble.!! (j'en profite pour embrasser Fred et Kathy, ainsi que Martine, qui eux sont définitivement rentrés !!! on a bien pensé à vous  , Bisous. Que votre rentrée soit belle et positive pour vous aussi !!)

Sinon, la semaine dernière étant celles des partants,  les invitations n'ont pas arreté de pleuvoir, 5 sorties en 7 jours ! joli score, heureusement que je me suis mise à la diète sinon j'aurai encore pris quelques kilos supplémentaires  !!! bonjour les festivités amicales et les apéros trappus  !!! Les retrouvailles autour de la table pour l'anniversaire de Rémi, suivi d'un resto le lendemain avec Patrice de l'affrété, puis le pot de départ d'Eric,  un repas chez Gio et Carole, un apéro pizza à la maison pour le départ de Patrice , et encore une ou deux sorties en plus et le compte y est !!   Normalement le rythme devrait se calmer et se stabiliser à 2-3 sorties par semaine  ce qui sera plus raisonnable et nettement moins fatiguant, car se coucher à minuit bien frappé pour se lever à 5h , cela vous tire derrière les oreilles à un moment .... Je sais que certains souriront et se rappeleront le temps passé ici  !!

Aujourd'hui 1er septembre c'est aussi pour les djiboutiens le début du ramadan, et cela pour un mois . Ils ne pourront donc manger qu'avant le lever et après le coucher du soleil, ce qui fait que plus on va s'avancer dans le mois, plus il va être difficile d'obtenir des choses  des locaux car ils seront fatigués . Ils vont tourner au ralenti  tout ce mois ci même dans les administrations, ce qui fait qu'il vaut mieux se mettre à jour des papiers le matin sinon l'après midi personne ne sera apte à tamponner quelque feuille que se soit !!! ( les médisants diront que c'est toute l'année pareil !!lol )

Hier j'ai amené tous les enfants à la visite médicale pour obtenir les fameux certificats médicaux permettant l'obtention de la précieuse carte ASAC, le sésame ouvrant presque toutes les portes des activités sportives, manuelles ou artistiques des différentes bases militaires.  Nous pourrons ainsi profiter des piscines et terrains de sport en s'inscrivant dans les ateliers qui nous intéressent.  Maintenant reste à voir les emplois du temps scolaires pour planifier correctement ce que chacun pourra suivre ou pas. Catherine aimerai se lancer dans la danse tahitienne ou bien le modern jazz; Pierre s'oriente vers la musculation douce et le rugby, Jean Baptiste la plongée sous marine et la pêche , Quentin la baby gym puisque pour son âge il n'y a pas grand chose d'autre... En plus tous peuvent faire de la piscine à volonté !!!  Bernard et moi continuons l'anglais , sachant que cela nous sera certainement très utile pour l'avenir.

Voilà pour les nouvelles . Nous vous embrassons tous et vous souhaitons  une excellente rentrée!!Gros bisous  des expatriés !


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  16  photo(s)    
Syndication :

Tous de retour à Djibouti

 20-08-2008 -  Djibouti

Bonjour à tous,

Nous voici revenus à Djibouti depuis le 15 aout au soir. Notre vol sur air yemenia s'est très bien déroulé, aucun retard, aucune perte de baggages. Nous avons retrouvé le soleil et la chaleur ; les enfants ont repris les sorties à la plage entre copains en attendant que tous les vacanciers rentrent !!!

Tout le monde met à jour les affaires pour la rentrée, cartables et cahiers ; du fait je fais comme eux, en préparant les cours 1ère et 2ème année d'astrologie pour les nouveaux . Je dois également prendre contact pour les associations à but social, pour faire les visites des orphelinats et hopital de Balbala, ou encore les traditions Afars ... je dois tout préparer pour le 3 septembre, pour la première réunion du club féminin !!!, le rythme endiablé est reparti ..

Autrement entre retrouvailles entre amis et pots de départ, les sorties nocturnes reprennent.. Vendredi nous devrions aller sur Arta plage, piquer une tête parmi les poissons multicolores, à la grande joie des enfants. J'en connais un qui a hâte d'utiliser tout le matériel de pêche ramener de France .. JB va s'éclater et va tenter de nous ramener du mérou pour le repas du midi ... De plus, comme il a eu un appareil photo sous-marin il espère prendre quelques belles prises .

Nous espérons que vous allez tous bien, que chacun profite de ces dernières belles journées avant la rentrée de septembre !!

Bisous à tous

 


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  7  photo(s)    
Syndication :

Bonjour tout le monde,

Je reprends un peu l'écriture pour vous tenir au coourant des dernières nouvelles de la famille.  Pierre vient de passer une semaine à Plougoulm à la préparation du Gouel an Eost, la fete de la moisson  à l'ancienne à Plougoulm, dans une petite commune du nord finistère près de Saint pol de Léon.  Cette fête se déroule chaque année , début aout;  il y a un défilé en costume d'époque, des bagads, des représentations musicales et dansantes des fêtes d'antan. Vous n'avez qu'à juger par les photos !!!

Pierre est ravi de cette semaine passé chez les cousines . Il est content d'avoir participé au montage des stands et garde d'excellents souvenirs des plats goutés chez les bretons .... quelques mots qui vous sonneront certainement  : crêpes, galettes, rata, cidre, crustacés, plateau de fruits de mer, poissons, coques du Guillec, etc.... Il est prêt pour y participer l'an prochain et nous serons nous aussi heureux d'y venir si nous sommes disponible. Rendez vous donc en 2009 !

Cela a été aussi l'occasion pour lui de rencontrer Mado, dont il ne se souvenait plus. Il a ainsi élargi sa connaissance de la famille. Nous avons pu nous aussi la rencontrer près d'Auray à la crêperie de Ker Royal lorsque nous avons récupéré Pïerre. Cela m'a évité de faire la totalité du trajet vers Plougoulm .

Nous avons donc pu voir avant notre départ pour Djibouti , fixé au 14 aout , Sébastien et Valérie, Corinne, Mado, Frederic et Claire . Nous avons passé de très bons moments ensemble même s'ils ont été brefs. Ces vacances se sont déroulées à la vitesse grand V , entre Nantes et Finistère, entre repas de famille et repas de famille ... Nous n'avons pas eu l'occasion de contacter les amis,  mais avons penser à tous . Pas facile en 4 semaines  d'être à la fois en Bretagne et en Provence, en passant par l'Aquitaine et le Midi Toulousain sans oublier les Pyrénnés.. Ils nous faudraient  le double de temps pour voir tout le monde tranquillement ... Heureusement il y a internet pour se tenir au courant et échanger quelques nouvelles .

Nous voilà prêts pour retourner dans la chaleur africaine et y passer au minimum 12 mois. Bernard nous y attend avec impatience, lui qui a repris le travail depuis la mi juillet.

Nous vous saluons tous et espérons que vous passez d'excellentes vacances, même si la météo française n'est pas vraiment à la hauteur , encore cette année !!  Grosses bises et à plus .     Fabienne


[Consulter ce message] 0 commentaire(s)  15  photo(s)    
Syndication :

Précédente - 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 ... 9 - 10 - 11 - Suivante



[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
fabienne ]