Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom fabienne
Age 42
But du voyage Expatriation
Date de départ 05/08/2007
Nom P
    Envoyer un message
Durée du séjour 2 ans
Nationalité France
Description
Muté pour 2 ans à Djibouti, je souhaiterai faire découvrir cette régionet cette aventure familiale à toutes nos connaissances
Note: 4/5 - 90 vote(s).

Pays visité(s) :

Tous
Djibouti (Carte)


Localisation : Djibouti
Date du message : 18/02/2009
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Djibouti-Yemen Beits Dawns banlieue Sanaa et souk

Journée 2 : Ballade vers Beits Dawns puis Souk.

 

 Après le petit déjeuner frugal pris à l’hôtel, Hassan nous propose de nous mener hors de la ville, pour découvrir le relief autour de Sanaa. Sanaa étant situé en plaine mais à plus de 2200 mètres d’altitude, elle est entourée de montagnes. Le paysage  est rustique. Nous traversons donc la banlieue de Sanaa vers l’ouest, qui est en extension constante, où nous voyons de grandes et belles constructions diverses.

Sur une colline nous découvrons  les ruines d’un ancien village en pierres taillées, de couleur ocre. Cet endroit a été quitté par les villageois, à la recherche de travail, qui ont rejoint la ville et son modernisme ; car ici, pas d’eau courante ni électricité, seulement la volonté de survivre .

Nous croisons des jeunes femmes qui remontent sur leur dos, des bidons d’eau puisés dans la réserve, et qui leur permettra de laver et cuisiner. Nous sommes d’ailleurs invité cordialement par des fillettes à venir voir leur intérieur. Ils sont très fiers de nous montrer leur aménagement, leur cuisine, où chauffe le repas, le salon avec coussins et tapis, une chambre… Nous passons quelques instants avec les enfants dans les ruelles avant de nous diriger de nouveau vers la capitale, à la recherche d’une carte SD photos pour Béa, car la sienne arrive à saturation.  J’en profite pour connaître les prix des appareils photos avec zoom *10 mais ici ils sont inabordables à plus de 300 dollars pièce… Cela attendra ! Nous nous arrêtons également dans les bijouteries, pour voir bracelets et colliers en argent, car ici le tarif est très abordable. Chacune de nous y trouve son bonheur, achetant gourmette ou chaîne, parure ou boucles d’oreilles… Les boutiques nombreuses et variées sont autant de tentations pour nous qui redécouvrons la joie du shopping après ces semaines d’abstinence du au peu de magasins de Djibouti…

Le midi nous mangeons un poulet grillé dans un petit resto en centre ville. L’ambiance y est sympathique. Chacun s’installe à table après s’être lavé les mains, puis attend qu’un serveur dispose une nappe papier, apporte le poulet et sa galette servie à même la table. La cuisson avec les épices , permet de savourer une chair délicieuse . Plutôt que de retourner à l’hôtel pour une pause, nous demandons à Hassan de nous mener dans un café tenus par des européens et où sont servis petits gâteaux et excellents Café latte. Béa et moi y dégustons d’agréables sucreries avant de reprendre nos achats dans le souk de la vieille ville.

Ayant vus les tarifs pratiqués la veille dans certaines boutiques nous sommes plus à l’aise pour marchander, essayer d’obtenir de meilleurs tarifs. Nous traversons le quartier des tapis persans ; nous en voyions de superbes… mais difficile de les ramener dans la valise vu le poids. Les meubles en bois sont également intéressants, mais là aussi , il faudrait connaître un transitaire pour pouvoir ramener de superbes objets , tables, coffres ou paravents….

Pour la fin d’après midi nous avioons prévus de nous faire un hammann, mais nous nous sommes laissés dépasser par notre engouement pour la flânerie shopping et avons laissés passés l’heure .  nous nous consolerons en nous faisant une soirée chicha après le repas de fèves pris dans une échoppe toute petite.

En traversant la vielle cité, nous rencontrons au détour d’une rue, un spectacle particulier. Un dromadaire éxécutant le broyage des graines de sésame pour en faire une huile vendue très chère. L’animal , rendu aveugle par un masque pour ne pas perdre l’équilibre, tourne toute la journée autour de la meule.  Au moment où nous l’avons photographier, son maître faisait une pause pour mâcher le quat, et nous avons été étonnés de le voir partager le branchage fini avec lui. Cette herbe est aussi un dynamisant …

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
fabienne ]