Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom fabienne
Age 42
But du voyage Expatriation
Date de départ 05/08/2007
Nom P
    Envoyer un message
Durée du séjour 2 ans
Nationalité France
Description
Muté pour 2 ans à Djibouti, je souhaiterai faire découvrir cette régionet cette aventure familiale à toutes nos connaissances
Note: 4/5 - 90 vote(s).

Pays visité(s) :

Tous
Djibouti (Carte)


Localisation : Djibouti
Date du message : 02/11/2008
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Ethiopie en route vers Lalibella par Weldiya

Bonjour ,

Je continue la rédaction de notre parcours en terre axoumite. En traversant les zones montagneuses du Nord de l'Ethiopie , nous voyons de magnifiques paysages qui nous rappellent  les régions françaises, en particulier les Pyrénnés. Partis du niveau de la mer à Djibouti, nous avons traversé le désert de Galafi, le triangle Afar, puis peu à peu avons monté vers Bati et Kombolcha à presque 2000 mètres d'altitude. A Déssié nous étions à 2300m . Pour rejoindre Weldiya à seulement 200km de distance , nous mettrons plus de 4h, car toujours situé en zoné montagneuse . Nous passerons même une zone dans les nuages où il faisait très frais, peut être 10 ou 12°, ce qui nous est apparu glacial , en comparaison de nos 35° habituels .  Sur ces routes sinueuses, en cours de rénovation, seule une partie est roulable; en règle générale nous avançons péniblement à 50km. Cela nous permet de prendre de multiples photos de paysages et des personnes que nous croisons. Les Ethiopiens en grande majorité  se déplacent à pied, et font de nombreux kilomètres  pour rejoindre le village le plus près. On les voit le dos chargé, ou pied supportant sur la tête des paniers garnis de choses à vendre au marché suivant. On a l'impression de vivre un continuel exode de la population qui passe son temps au bord de la route du matin au soir...

Le midi, après nos 4h de route, dans la boue, nous nous arretons à Weldiya , au restaurant du Lal Hotel.  Cette petite ville, est elle aussi en totale construction, batiments, immeubles, routes . Sans cesse on croise des hommes portants des branches ou arbres fins sur les épaules qui serviront d'échaffaudage aux futures constructions.  Les seuls gros véhicules venant dans ces régions sont des camions apportant tous les matériaux soit directement de Djibouti, soit d'Addis ..;

Lors de notre repas, nous rencontrons des personnes de Djibouti. Ils sont là avec leur guide, et se dirigent eux aussi vers Lalibella; mais ils sont venus en avion jusqu'à Addis et de là on loué un véhicule 4*4 avec chauffeur. Ils ont faits autant de kilomètres que nous mais on déjà eu 5h de retard  sur la voie aérienne !!! Les retards et contretemps sont partout en Afrique ... Nous ne sommes pas au bout de nos découvertes !!!  Pendant le repas nous nous renseignons sur l'axe à prendre pour rejoindre Lalibella par la route la plus courte . On nous indique un vague croisement à droite en allant vers l'ouest.. Le but est de ne pas louper cet embrachement qui nous met à seulement à 80km des églises souterraines sinon nous devrons faire 160km ... Co-pilote non avertie , en traversant Weldyia, slalomant entre piétons, charettes , pouce pouce et camions, nous loupons le fameux croisement. Nous roulons pendant presque 2h avant d'atteindre un croisement où des enfants nous indique lalibella à encore 60km, donc  plus d'une heure de route même si la piste est roulable pour une fois. Nous atteindrons donc encore notre hotel à la nuit tombée et n'aurons pas le choix car le premier là encore où nous nous dirigeons est complet. Nous prendron donc gite au Seven Olives pour 2 nuits, ce qui ne sera pas de trop pour se remettre de ces deux jours entiers de voiture.  Les voitures sont dans un état minable, elles ont de la boue jusque sur le toit, et à mi hauteur des portières. Nous sommes passés dans des endroits où les ornières étaient énormes et avec la pluie, chaque passage de flaques occasionnent de grandes gerbes marrons qui pourrissent tout.  Les gardiens vont avoir du boulot demain à nettoyer et laver nos 4*4. Ils mériteront bien leur pourboire .

Nous prenons notre repas à l'hotel , ce sera du local, Arabic Fir Fir , une galette d'Ingera remplie de petite viande en sauce avec des figues. Bernard et Valerie , eux ont choisis quelque chose de plus épicé qu'ils ne pourront pas finir, car beaucoup trop relevé... Les enfants ont commande des "cheese burger" mais finalement obtiennent 2 toasts avec une énorme tranche de fromage non fondu; un peu déçus ils font connaissance avec la cuisine éthiopienne!!!  Nous ne trainons pas trop à table sachant que le lendemain nous aurons une journée entière de visite. j'ai déjà été interpellé par un rabatteur qui souhaitait que je lui verse un acompte de quoi réserver son costume de guide officiel ... Dommage pour lui, nous venons de Djibouti et savons qu'il ne faut absolument rien versé à n'importe quel quémandeur. Bien que nous soyons en groupe , il insiste et nous propose un tarif extremement élevé, croyant certainement que nos poches sont bien remplies...  Raté pour lui, on ne prendra un guide qu'à l'entrée du site ... et même pas un guide francophone, non tout sera expliqué en anglais, Valérie et moi, nous chargeant de traduire à nos hommes et aux enfants. Heureusement, j'ai le petit futé avec nous, et ne loupe pas un instant pour faire la lecture et donner quelques explications complémentaires à tout le monde. 


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
fabienne ]