Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom fabienne
Age 42
But du voyage Expatriation
Date de départ 05/08/2007
Nom P
    Envoyer un message
Durée du séjour 2 ans
Nationalité France
Description
Muté pour 2 ans à Djibouti, je souhaiterai faire découvrir cette régionet cette aventure familiale à toutes nos connaissances
Note: 4/5 - 90 vote(s).

Pays visité(s) :

Tous
Djibouti (Carte)


Localisation : Djibouti
Date du message : 06/11/2008
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Ethiopie Gondar

GONDAR :

 

Lever de bonne heure et de bonne humeur avec un petit déjeuner continental en terrasse pour pouvoir prendre la route avant 8h. Ici même les petits déjeuners sont aléatoires ; les jus d’orange frais  peuvent être absents, ou bien le chocolat, ou encore  le beurre ou margarine… Prévoyant nous avons tout dans les cubayas, aussi les serveurs sont ils étonnés quand  à un article manquant, dans la minute nous l’avons tout d emême sur table… Cela sert de faire des nomados sur Djibouti, finalement on devient vite autonome…

 

La route pour Gondar est très agréable puisqu’entièrment bitumée.. Il y a très peu de circulation, uniquement les camions et bus traversant le pays… Mais comme ils ont beaucoup de chevaux sous le capot, et sont pourvus de 4 ou 6 roues motrices, ils ne sont pas des handicaps devant nous… Ce serait plutot l’inverse vu le nombre de fois où nous avons été doublé par les bus… Comme nous traversons une plaine humide, il y a plus de terre agricole, et nous avons le plaisir de voir de vieilles charrues agraires tractées par des b½ufs. Les outils sont souvent en bois. Il n’y a pas d’industrialisation mis à part sur Addis. Ici il n’y a pas de véhicules motorisés ; on croise seulement des carrioles tractées par des chevaux, des charrues par des b½ufs, et des mules et baudets chargés des dernières victuailles. Les femmes et les enfants transportent eux aussi leur charge le long des routes, en se dirigeant vers le marché suivant.  Vous ne pouvez vous arretez au bord de la route sans que du fossé , une tripotée d’enfants et d’adultes apparaissent sortant de nulle part…

 

 

Après une matinée de voiture nous arrivons à Gondar, batie près du massif du Siemens. C’est l’ancienne capitale des souverains éthiopiens du 17ème au 19ème siècle., construite par le Roi Fasillidas.  En arrivant, dans cette cité nous visitons l’ancienne cité royale « Fasil Ghebbi » constituée de divers palais construits au fur et à mesure des années et des différents règnes…. On commence donc la visite par l’entrée d’un parc verdoyant, bien entretenu ; on se crorait presque en Europe, voir en France , au Moyen age… Nous voyons en premier le palais de Fasillidas, un gros batiment de structure carrée, flanquée de 4 tours d’angle et surmontée de murs crenelés qui font penser à nos anciens chateaux forts.. La vue est splendide, et on peut très facilement s’imaginer la splendeur d’antan…

 

A coté on voit également les edifices de Yohannès 1er, qui auraient servis de bibliothèque et petit pavillon de chancellerie… On subit le charme de la vieille pierre et du calme des lieux … C’est vraiment splendide.. Pourvu de notre indétournable petit futé, je fais la lecture à notre groupe, pendant  que les photos du site sont prises à qui mieux mieux… Ensuite nous pénétrons dans les ruines du palais Iyassou 1er et de Dawit , souverrains régnants dans la lignée de Fasillidas …

 

Nous finissons la visite du site par le musée et boutique d’objets éthiopiens ; on y voit quelques peintres faire des tableaux d’inspirations orthodoxes coptes. Les femmes vendent écharpes, sacs et vetements de cotons…

 

Le midi nous mangeons au Lamayerger hotel ; le service y est très rapide et les pates excellentes. Chacun y mange de bonne appétit, et heureux d’avoir vu la cité ancienne.

 

Comme nous sommes le mercredi, c’est jour de jeune ou aucune viande n’est servie . Les menus ne comprennent donc que des légumes ou des féculents.  Il en est ainsi dans tout le pays les mercredis et vendredis qui sont jours de purification.  Ainsi sur 365 jours par an, les ethiopiens se mettent à la diète plus de 200 jours en comptant les jours de bénédictions au saints, les jours anniversaires concernant la vie sainte, etc…  Comme l’hotellerie est encore peu ouverte au tourisme eurtopéen et à nos habitudes alimentaires, il n’est pas rare, que l’on vous refuse un plat parce que journée « jeune ». Une fois que l’on sait le pourquoi des choses, on ne s’en étonne plus… Vous pouvez donc commander un hamburger sans viande ou des carbonnara pareil sans ½uf ni jambon… Les premières fois vous vous dites qu’ils ne savent pas cuisinés, mais après vous vous dites que c’est un jour de « jeune » !!! 

 

A la fin du repas, les enfants et ados passent un bon moment dans le parc de l’hotel à faire de la balançoire et du tobbogan, pendant que nous prenons un bon café. Je suis la seule à éviter la boisson car depuis le début du voyage je souffre de diahhrée mais uniquement du soir au matin et pas du tout dans la journée . je passe donc des nuits hachées,  mais des journées correctes , en évitant tout de même certains produits !!!

 

A 15h nous reprenons la route de Bahar Dar, en changeant une fois de plus notre programme, car mis à part la visite de la zone montagneuse et naturelle du Siemens qui demande 2 à 3 jours, nous avons vu les principaux monuments de la ville.  On aurait pu éventuellement visiter l’église de Debra Birhan sélassié, mais ayant fait la veille la visite des monastères, nous en étions un peu rassasiés !!!

 

De retour sur Bahar vers 18h, il nous faut retrouver 6 chambres puisqu’initialement nous pensions dormir sur Gondar. Ce changement de programme nous permet de gagner une journée  que l’on pourra utiliser soit sur Addis, soit ailleurs selon nos visites..  Nous avions pensé dormir au Ghion hotel de Bahar, mais malheureusement il est plein pour la soirée qui nous intéresse ; nous nous dirigeons donc vers le Papyrus hotel près de la station shelle de Bahar. Le tarif des chambres y est prohibitif et la propreté des lieux douteuses, aussi préféront nous aller voir ailleurs et tentont notre chance à l’Ethio Star.  Nous serons là aussi désagréablement surpris mais à défaut retiendrons tout de même 6 chambres pleine de cafards, puces, mouches et autres bestioles du même accabit . Nous étions logés du 3ème au 5ème étage, mais avons trouvé ces charmants bestioles partout , même dans les lits… Un coup de fumigène et d’anti-volants à rétablis momentanément l’ordre dans les chambrées, mais n’a pas permis de dormir très sereinement.  Vu l’état des chambres nous n’avons pas voulu manger sur place et nous sommes dirigés de nouveau vers le Summerland hotel où nous avions été bien reçu la première fois … ce ne fut pas le cas pour ce dernier repas sur Bahar, les grillades étaient réchauffées jusqu’à etre carbonisée, les pates carbonara sans ½uf ni jambon, l’ingera de Valerie trop épicée, etc… Rien de correct !!!  on leur a même fait la reflexion de savoir s’ils avaient changé de chef cuisinier  entre temps, tant le repas était peu correct !!!

 

Nou partirons donc de Bahar le lendemain avec  le regret de n’avoir pu dormir au Ghion hotel et de s’y restaurer correctement… L’un des guides  nous apprend que pour rejoindre Addis, à 550km,  en roulant vite il faut compter plus de 9h . Nous sommes étonnés car nous pensions qu’en partant des 6h du matin, nous arriverions en début d’après midi dans la capitale… La journée du lendemain nous prouvera qu’en Ethiopie, les distances  se font toujours plus lentement qu’ailleurs ….  Suite de nos aventures au prochain mèmo…

 

Bises à tous  . Fabienne et Bernard

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
fabienne ]