Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom fabienne
Age 42
But du voyage Expatriation
Date de départ 05/08/2007
Nom P
    Envoyer un message
Durée du séjour 2 ans
Nationalité France
Description
Muté pour 2 ans à Djibouti, je souhaiterai faire découvrir cette régionet cette aventure familiale à toutes nos connaissances
Note: 4/5 - 90 vote(s).

Pays visité(s) :

Tous
Djibouti (Carte)


Localisation : Djibouti
Date du message : 07/11/2008
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 ethiopie trajet Bahar Dar Addis Abeba

Route Bahar Dar –ADDIS par Debre Marcos

 

Comme nous avons une journée d’avance sur notre planning, nous partons serein sur notre planning vers ADDIS.  Nous savons qu’en partant de très bonne heure , vers 6h, sans déjeuner à l’hotel, même en calculant large nous devrions couvrir les 600km de distance en à peine 10h… c’est du moins ce que nous espérons en quittant la charmante cité balnéaire de Bahar Dar, sur le Lac Tana. La veille Eric a changé les bougies de préchauffage de notre véhicule aussi, démarrons nous sans problème  à 5h45. Tout le monde est debout de bonne heure, ayant de quitter ces pièces insalubres …

 

Prévoyant,  avant de quitter la ville, nous nous arretons à la boulangerie du coin, en nous disant que cela nous permettra toujours de grignotrer un peu en cours de route, de petit déjeuner en glissant une barre de chocolat dans les petits pains…

 

A la sortie de la ville, nous sommes étonnés de rencontrer une foule compact, habillés tout de blanc, chantant, dansant. Il est vrai qu’au cours de la nuit nous avons été troublé par des chants  dans la rue, mais n’y avons pas prêté cas, etllement habitué à avoir un sommeil perturbé par les appels du Muezzin à Djibouti.. Nous nous retrouvons donc en pleine cohorte de personnes revenant ou allant à un pélérinage dans une église avoisinnante. Cela doit être un jour saint, car nous voyons sur le bord de la route, prêtre bénissant les uns,  officiants à genoux, embrassant des icones, etc… Cela donne une impression bizarre  de traverser cette foule receuillie !!!

 

Nous roulons jusqu’à 8h, où nous décidons de faire la halte café. Nous sommes dans un petit village  et nous arretons devant la première échoppe où se trouvent tables et chaises. La barrière de la langue ne nous empêchent pas de commander cafés pour les adultes et jus de fruits frais pour les enfants.  Mais comme ils n’en ont pas, ils nous proposent de nous servir une boisson ressemblant à un tang ; mais surprise, ils nous le servent avec de l’eau bouillante, comme pour un thé ; cela fait un gout très chimique, mais de peur de les décevoir,  nous boirons tous les verres proposés… Nous leur achetons une dizaine de beignets locaux, qui nous font penser aux gateaux de Mamie Jeanne , les bottereaux pour les connaisseurs…  Nous étonnons donc les locaux en nous installant  dans leur bistrot, et sommes regardés  avec curiosité. Nous sommes peut etre les premiers touristes qui osent s’arreter ainsi parmi eux…

 

Après cette sympathique pause café, nous reprenons la route d’Addis, qui s’avèrent pas si aisée que cela entre la pluie,  et les routes en cours de rénovation. La moyenne kilométrique est rarement supérieure à 50km/heure .  Nous voyons défiler ainsi de magnifiques paysages de montagnes, rencontrons de multiples paysans se rendant au marché, avec leurs produits sur le dos.

 

En fin de matinée nous arrivons à Debre Markos où nous mangeons. Nous y sommes presque seuls mis à part un ou deux routiers. Il fait très froid dans le restaurant et apprécions notre polaire … Déçus des cartes précédentes, les enfants s’essaient pour certains à des salades mais la déception est toujours présente. Plus prudents , les garçons prennent des pates bolognaises ,  et seront servis en quantité…

 

Après le repas, pendant que nous faisons le plein de carburant , nous constatons que nous sommes entourés  de rapaces , aigles et autres oiseaux de ce type… Eric en profite pour en prendre quelques uns en photos avant de reprendre la route d’Addis.  Alors que nous avons bien roulé durant la matinée, le trajet de l’après midi s’avère plus lent et plus cahoteux. Nous traversons de nouveau des zones monatgneuses très escarpées, ce qui fait que nous avançons très lentement.  Nous descendons d’un côté du rift, traversons le Nil pour remonter de l’autre coté ; les paysages sont vraiment grandioses. 

 

Nous traversons ainsi un pont sur le Nil . Seul un véhicule peut traverser  à la fois , et ne doit pas s’arreter  prendre de photos… Il semblerait que Bernard l’ai oublié, et roule au pas sur le site . On se fait rappeler à l’ordre par les militaires de l’autre coté ainsi que par un chauffeur de bus quui patientait pour s’engager à son tour…  Heureusement l’altercation ne sera que verbale et nous n’auront  à montrer nos papiers aux militaires ou policiers du pont !! c’est toujours des tracasseries !!!

 

A l’heure du gouter, malgré les heures passées  sur la route, nous nous rendons compte qu’une fois de plus, nous n’arriverons pas à destination avant la tombée de la nuit…  Les routes de montagnes sont trompeuses,  les distances se font très doucement ,  à la grande déception des enfants qui se voient bloqués sur les banquettes arrières toute la journée …

 

Nous arriverons vers 19h sur Addis après  13h de route. Nous comprenons mieux l’expression du guide qui était content d’avoir fait le même trajet en 9h et disait l’avoir fait très rapidement !!! Chapeau bas pour lui !!!

 

Comme nous arrivons durant la nuit, il est plus difficile de se reperer. Comme nous sommes devant c’est à nous d’ouvrir la route et de trouver un point de repère pour nous diriger vers le « Giovanni hotel » vers l’aéroport internationnal. L’été dernier, lors de nos transits aéro, nous avions traversé la ville en navette et avions vus quelques axes, mais c’est tout !!  Au roind point du centre, Eric reprend le flambeau et nous dirige directement sur l’hotel souhaité.. Mais dommage, il est complet et ne peut nous héberger pour 2 nuits, nous nous rabbattons alors sur le Shoa hotel quelques rues plus loin… Cela nous permettra de nous reposer tranquillement, et de faire nos derniers achats le lendemain avant de rejoindre Kombolcha puis Djibouti en 2 nouvelles étapes … que je vous raconterai lors d’un prochain mail ..

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
fabienne ]