Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom fabienne
Age 42
But du voyage Expatriation
Date de départ 05/08/2007
Nom P
    Envoyer un message
Durée du séjour 2 ans
Nationalité France
Description
Muté pour 2 ans à Djibouti, je souhaiterai faire découvrir cette régionet cette aventure familiale à toutes nos connaissances
Note: 4/5 - 90 vote(s).

Pays visité(s) :

Tous
Djibouti (Carte)


Localisation : Djibouti
Date du message : 05/11/2008
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 Ethiopie Visite Lac Tana monastères -chute du Nil

Visite en Bateau des Monastères sur le Lac Tana :

 

Les Ethiopiens suivent majoritairement la religion Copte Orthodoxes sur leur territoire , aussi il y a un nombre impressionnant de monastères dans la région. Certains peuvent être visités, d’autres sont fermés, car restent des lieux de prières. Certains sont uniquement ouverts aux hommes, d’autres uniquement aux femmes .  Comme nous ne voulons pas lassés les enfants, nous n’en visiterons que les 3 plus proches, à savoir  Kebran Gabriel, Dabra Mariam,  et Ura Kidane Mehret.  Les monastères ou églises sont construits sur le même modèle, à savoir un batiment rond, surmonté d’un toit conique de chaume ou de tole, flanqué d’un grande croix au sommet.  A l’intérieur, une deuxième enceinte circulaire crée une sorte de couloir, réservé à la chorale. L’espace central lui est réservé aux officiants , abrite le « maqdas » sanctuaire de forme carrée considéré comme le saint des saints où sont peints les scènes des écritures et de la vie des saints, dans un style très coloré, avec des influences byzantines certaines ….

 

Les monastères se trouvent généralement dans des zones boisées, amenant à un état d’esprit calme et serein.  Ne connaissant pas suffisamment la vie des saints et l’histoire de la passion, la vie du Christ , il est difficile de suivre ou de reconnaître les personnages peints … Cela ressemble à une immense bande déssinée religieuse, très colorée, très sanglante et barbare parfois… les décapitations ou les membres coupés ne manquent pas dans les représentations picturales …

 

Après une matinée de bateaux, nous ne rentrons que vers 14h à l’hotel où là aussi, force est de constater que nous allons encore sauter un repas. Nous ne pouvons prendre le temps de se faire un restaurant car même si la distance est courte sur la carte pour aller aux chutes du Nil (seulement 40km ), on sait qu’il nous faudra au moins 2h pour l’aller-retour plus une heure sur place. Donc le timing est serré et encore une fois nous mangerons sur le pouce  pour avoir l’opportunité de visiter le lieu…

 

L’après midi, pendant que Dom se repose, nous allons au Chute du Nil. Là aussi aucune indication de route, nous savons qu’il faut prendre à gauche à un croisement après le rond point vers Addis, mais aucune certitude… Après un essai infructueux , on trouve enfin l’accès de la piste , et faison les 40 km sur sentier  poussiéreux mais pas trop mauvais par rapport à ce que nous avons déjà traversé… A l’entrée de la centrale  électrique, nous prenons nos tickets d’accès aux chutes . Il nous est alors proposé par des rabbatteurs , d’ aller sur le site en bus, de leur laisser nos véhicules , qui nous seront amenés  au bateau qui remontent le courant … Nous refusons, connaissant les histoires d’arnaques en tout genre !!! Nous préferons aller en voiture jusqu’au parking et descendre à pied  sur le site et revenir par le même chemin.  Là aussi nous refusons aide et guide et préférons apprécié la ballade dans le silence, d’autant que le chemin est tracé par les multiples passages des visiteurs.  Nous passons sur un ancien pont portuguais, en bon état, remùontont et contournons une colline où nous croisons quelques villageois proposant des produits typiques, tels qu’écharpes de coton tissé, gourde en peaux de chèvres, etc… Enfin, guidé uniquement par le grondement de l’eau, nous apercevons les chutes. C’est un spectacle naturel époustoufflant, même si la grandeur des chutes ont été diminué de plus de la moitié depuis l’installation du barrage électrique. Cela reste toutefois un site préservé de toute beauté . Nous y prenons un gouter sympatique ainsi que quelques photos immortalisant l’instant. On ne peut pas s’empêcher , en voyant cette masse d’eau , de penser aux films d’aventures …

 

Nous rentrons en fin d’après midi sur Bahar où nous retrouvons Dom,  reposé et un peu en meilleure forme. Nous prenons l’apéro dans une des chambres tout en visionnant toutes les photos précédemment prises.

 

Le soir nous mangeons au Summerland Hotel , où nous passons un excellent moment, et apprécions un vrai repas… Nous projettons d’aller le lendemain sur Gondar , voir les ruines  des chateaux de l’ancienne dynastie ethiopienne. Normalement la route est bitumée tout le long des 180 km qui nous sépare de l’ancienne capitale axoumite…. Le trajet devrait donc être plus agréable….

 

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
fabienne ]