Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom fabienne
Age 42
But du voyage Expatriation
Date de départ 05/08/2007
Nom P
    Envoyer un message
Durée du séjour 2 ans
Nationalité France
Description
Muté pour 2 ans à Djibouti, je souhaiterai faire découvrir cette régionet cette aventure familiale à toutes nos connaissances
Note: 4/5 - 90 vote(s).

Pays visité(s) :

Tous
Djibouti (Carte)


Localisation : Djibouti
Date du message : 02/07/2008
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 parc du Serengenti -gong rock - Masai Paintings

Mercredi 2 juillet :

 

Après une longue nuit de sommeil, nous avons repris la piste toute la journée. Nous avons revu les guépards, mais aussi approchés à moins de 5 mètres les lions, qui ont pris la pause pour nous. Les phacochères, les gazelles de Grant et de thomson, les zèbres, les girafes et les éléphants, les autruches, les Bubales, les Kobe, Eland, Damalisque, Hyènes, Hippopotames, crocodiles et autres singes nous ont permis de prendre d’excellentes photos.

 

Mon seul regret est de n’avoir pas mieux préparer notre périple photographique en achetant d’autres batteries pour les appareils photos et cameras, car durant les longues journées sur piste pendant presque 10h d’affilée, le mitraillage intensif d’images a mis à rude épreuve les chargeurs.  Heureusement qu’un appareil sur 3 tenait chaque jour plus longtemps que les autres et qu’à défaut d’avoir des films, nous avions au moins de superbes photos.

 

On a essayé dans la mesure du possible d’obtenir un film de chaque animal rencontré, compléter d’un maximum d’images. Au regard des milliers de photos visionnées sur le portable, le pari est bien engagé. He oui ,chaque soir, à chaque retour  de piste, je m’occuppe du transfert des photos, des appareils sur l’ordinateur portable de façon à repartir avec des puces vierges le lendemain, et les batteries pleines.

 

Là aussi il nous a fallu ruser pour recharger nos appareils, tous aux normes électriques européennes, alors que les prises tanzaniennes sont d’un tout autre modèle. Tous les hotels ne fournissant pas d’adapteurs, toutes les boutiques n’en vendant pas, on s’est débrouillé pour en récupérer un et faire  nos recharges la nuit, ou bien lors des retours le midi si l’on mangeait dans les hotels.

 

Nous ne sommes encore qu’au stade d’apprenti baroudeur et n’avons pas encore tous les bons réflexes pour partir ainsi à l’aventure. Ce sera encore mieux la prochaine fois !!!

 

Le mercredi 2 juillet, en plus de voir les animaux dans la savane, nous avons découvert les peintures rupestres Masai sur les ilots rocheux et avons également fait de la musique à Gong Rock, un ensemble granitique ancestral, ou en tapant sur le roc, vous obtenez des sons . Franck nous en a fait la démonstration en y interprétant un chant. Depuis la nuit des temps, ce rocher permet, l’appel, la prière face à l’immensité de la  plaine. Pierre et Jean Baptiste se sont eux aussi essayé à l’exercice pas  facile  si l’on n’est pas un peu musicien, ou si l’on n’a pas l’oreille musicale .

 

Lors de notre retour vers l’hotel, on est repassé à l’endroit où nous avions vu les lions se repaitrent le matin. La carcasse était toujours présente, et les lions seulement un peu plus loin en train de digérer leur festin. On a appris qu’ils mangeainet principalement  que de la viande fraiche, bien que à défaut d’autres choses, ils peuvent pour reprendre des forces, accepterde manger de la charogne. Chose que ne fera jamais un guépard, qui se laissera pluto mourir de faim pluto que de manger une viande en voie de décomposition.

 

De même lors de la migration des gnous et des zèbres à travers la plaine du Serengenti vers le Masai Mara, ce sont les zèbres qui mènent les troupeaux, les gnous suivent. Il y a pour cela 2 raisons ; la première est que les zèbres peuvent manger l’herbe haute mais que les gnous eux, la mangent rase. Il faut donc que le terrain soit d’abord nettoyé par les zèbres.  La seconde raison est que les zèbresont une bonne mémoire et se souvienent des trajets. Ils sont donc toujours devant sauf lors des franchissements des rivières où ils laissent passer les gnous en premiers ; les laissant se faire dévorer par les crocodiles ,  qui une fois rassasiés, laisseront passer les zèbres sans difficultés majeures. C’est du  moins ce qui nous a été expliqué par le guide.

 

Des histoires comme celles ci, ou des explications sur tel animal ou telle plante, n’ont pas manqué. On a eu une tonne d’informations en très peu de jours, à nous de les reclasser maintenant.

 

En fin de journée, nous avons offert un pot à nos guides et leur avons montré le résultat de nos photos. Ils étaient contents de voir nos clichés et vidéos, qui nous permettraient d’en parler aisément autour de nous , à la famille, aux amis et leur faire de la publicité pour le tourisme en Tanzanie. J’espère qu’à  travers ce blog et les images, cela donnera l’envie à certains de vivre la même expérience.

 

On a également visité le musée du parc du Serengenti , qui explique la mise en place de zone de protection, le pourquoi de la défense de l’environnement, de la faune, de la flore et le périmètre humain. C’était là aussi très instructif et très bien organisé … sur les traces des gnous…

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
fabienne ]