Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  

Prénom fabienne
Age 42
But du voyage Expatriation
Date de départ 05/08/2007
Nom P
    Envoyer un message
Durée du séjour 2 ans
Nationalité France
Description
Muté pour 2 ans à Djibouti, je souhaiterai faire découvrir cette régionet cette aventure familiale à toutes nos connaissances
Note: 4/5 - 90 vote(s).

Pays visité(s) :

Tous
Djibouti (Carte)


Localisation : Djibouti
Date du message : 06/07/2008
Diaporama des photos de ce message
  Imprimer


 visite de Stone town à Zanzibar et les jardins aux épices

Dimanche 6 juillet «  Stone Town » :

 

Matin : Visite à pied de la ville de « stone town », ville de pierre, capitale de l’ile de Zanzibar.

 

Aperçu de l’architecture à travers le dédale de petites rues étroites où se suivent les maisons blanches à plusieurs étages. Les portes sculptées sont de toutes beautés, faites en bois de Teck ou bien en Acajou. Les portes de formes carrées sont d’origine arabe et celles de formes arrondies sont indiennes.  Ici le bois est merveilleusement travaillé, que ce soit au niveau  des portes, des balcons, des fenêtres ou bien des meubles, de tout le mobilier intérieur. «(coffres, tables, sièges, banquettes, etc) ; les portes en bois étaient à l’origine, faites avec des embouts de métal pour les renforcées, pour empêcher les éléphants d’emboutir les portes ( surtout en Inde, car ce géant ne vit pas sur l’ile).

 

En continuant notre promenade nous nous sommes dirigés vers la cathédrale catholique où était effectué l »office dominical mais en langue swahili. De cet endroit nous avions une vue sur l’un des 48 minaretsde la ville. Ici sur l’ile la majorité des habitants sont musulmans au contraire de la Tanzanie qui est chrétienne.  Dans ce pays où plusieurs communautés vivent ensembe, il n’y a pas d’affrontements ethniques. Mais on peut se rendre compte très facilement de la différence de mœurs entre les chrétiens du continent et des musulmans de l’archipel de Zanzibar.  Ls n’ont pas du tout la même mentalité et les mêmes approches de la vie. On retrouve ici à Zanzibar, surtout en ville, les mêmes aspects qu’à Djibouti (bruits, saleté, négligence, retard …)

 

Nous avons également pu faire des photos de l’église anglicane, construite de 1874 à 1878 , sur le lieu même où se situait le marché aux esclaves supprimés en 1873.  Les hommes étaient amenés et emprisonnés pendant quelques jours dans les cachots ( d’un coté 75 femmes et enfants, de l’autre une cinquantaine d’hommes) . Ils étaient ensuite vendus à la criée, attachés à un poteau qui se situe maintenant au couer même de l’église anglicane.A l’extérieur on retrouve un sanctuaire avec des statues représentant l’époque de l’esclavage.

 

En visitant la ville, en photographiant quelques batisses, nus avons appris que jusqu’en 1964, année de la révolution, l’ile était assujettie à un sultan d’origine omanaise. En parrallèle à ce sultanat, il existait jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, un pouvoir insulaire anglais pur controler la régularité et le suivi des lois locales. On retrouve donc à la fois l’orient et l’occident sur cette ile aux épices. L’ancien palais du Sultan, appelé maintenant « maison aux merveilles » permet de voir la grandeur de ce magnifique batiment sous l’épopée du sulatn. La princesse Salme, fille du sultan est tombée amoureuse d’un allemand et a quitté l’ile pour vivre en Europe et revetir les vetements occodentaux.

 

Près de l’ancien palais, on peut voir l’ancien fort construit par les portuguais qui sont restés près de 2 siècles  sur l’ile, pour asseoir le commerce des épices , mais aussi des esclaves. En prolongeant la promenade le long de la mer, on a une vue superbe sur le port, mais aussi «  l’africa house » où l’on s’est restauré tranquillement, en profitant encore un peu de la vue sur l’océan et du confort des sièges et matelas disposés tout autour de nous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Note: 0/5 - 0 vote(s).






[ Diaporama ]


[ Diaporama
dynamique ]


[ Vidéos ]


[ Suivre ce carnet ]


[ Lire les derniers
commentaires ]


[ Le trajet de
fabienne ]